Covid-19 : "cette vague n'emportera pas tout", assure Gabriel Attal

Covid-19 : "cette vague n'emportera pas tout", assure Gabriel Attal

"Je n'exclus rien par principe, mais aujourd'hui, il n'est pas prévu de prendre des mesures supplémentaires", a indiqué le porte-parole du gouvernement...

Covid-19 : 'cette vague n'emportera pas tout', assure Gabriel Attal
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors que la cinquième vague frappe à son tour la France, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait le point sur la situation sanitaire dans le pays lors de son traditionnel point presse consécutif au Conseil des ministres, indiquant que "près de 20.000 nouveaux cas ont été enregistrés hier".

"Le taux d'incidence est particulièrement élevé en Corse, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et dans les Pays-de la Loire. Nous savions que cette vague pouvait arriver, la situation dans certains pays sonnait comme un avertissement", a-t-il expliqué ce mercredi.

Mais "nous avons de bonnes raisons de penser que cette vague n'emportera pas tout", a-t-il estimé, faisant remarquer qu'il y a "quatre fois plus de tests positifs chez les non-vaccinés que chez les vaccinés". "Nous remarquons cependant un frémissement, de l'ordre de 10%, des patients hospitalisés pour Covid", a noté le porte-parole, qui appelle à la "vigilance".

"Le gouvernement respecte les règles"

"A chaque vague, nous disposons de nouveaux outils. Il y a un an, nous étions confinés et nous atteignions un nombre record de malades", a rappelé Gabriel Attal, estimant que "nous sommes à des années-lumière" de cette situation, "grâce au vaccin". "Les prises de rendez-vous pour une première injection (de vaccin) ont augmenté de 20%", a-t-il indiqué, une semaine après l'allocution d'Emmanuel Macron.

Il a par ailleurs dit comprendre "la lassitude" des Français vis-à-vis des gestes barrières. "Nous n'avons qu'une hâte : nous en débarrasser. L'ensemble des membres du gouvernement respecte les règles. Dans une manifestation publique, quand vous rencontrez des Français, il peut y avoir des moments d'inattention mais nous faisons très attention", a-t-il assuré.

"Pas prévu de prendre des mesures supplémentaires"

"Je n'exclus rien par principe, mais aujourd'hui, il n'est pas prévu de prendre des mesures supplémentaires", a-t-il affirmé, avant d'ajouter : "est-ce que cela veut dire qu'il n'y en aura pas demain ? Non, mais j'aimerais vous dire le contraire".

Revenant sur la fin du remboursement des tests malgré la reprise épidémique, le porte-parole du gouvernement a expliqué que l'exécutif ne reviendra pas sur cette décision. "Quand vous faites des tests pour pouvoir bénéficier du pass sanitaire, ce n'est pas à la solidarité nationale de les prendre en charge", a-t-il estimé, rappelant qu'"il y a eu 18 mois de gratuité des tests dans notre pays... Aujourd'hui, nous disposons d'un autre outil : le vaccin".

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !