Covid-19 : "9 soignants sur 10 sont vaccinés", affirme Gabriel Attal

Covid-19 : "9 soignants sur 10 sont vaccinés", affirme Gabriel Attal

"L'incitation a porté ses fruits", a estimé le porte-parole du gouvernement...

Covid-19 : '9 soignants sur 10 sont vaccinés', affirme Gabriel Attal
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — "Jour J" pour le personnel soignant ! A compter de mercredi, l'obligation vaccinale contre le Covid-19 pour les professionnels exerçant dans un établissement de santé est entrée en vigueur. Tous les salariés des hôpitaux et des Ehpad de France ne possédant pas un schéma vaccinal complet ou s'ils n'ont pas reçu au moins une dose de vaccin pourront faire l'objet de sanctions...

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait le point sur la question à l'issue du Conseil des ministres. "A ce jour, l'immense majorité des soignants a fait le choix de la responsabilité et de l'immunité collective. L'incitation a porté ses fruits", a-t-il assuré.

"Nous sommes passés de 64% des soignants vaccinés en juillet à plus de 9 sur 10 aujourd'hui", a-t-il détaillé, avant de saluer de nouveau les soignants : "ils ont été exemplaires depuis le début de cette crise, ils sont exemplaires aujourd'hui".

Cette mesure est "nécessaire" et "urgente"

Le porte-parole a tenu à souligner que personne ne sera "stigmatisé" ... "Nous responsabilisons tout le monde. Cette mesure est nécessaire, connue depuis deux mois, et urgente", a également estimé Gabriel Attal.

Pour rappel, à compter de ce mercredi, les soignants libéraux, aides à domicile, pompiers, ambulanciers, employés d'hôpitaux et de maisons de retraite devront avoir reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Ils auront ensuite jusqu'au 15 octobre pour compléter leur schéma vaccinal. Cette mesure concerne environ 2,7 millions de personnes.

Un refus pourra entraîner une suspension du contrat de travail de l'employé réfractaire, sans rémunération. Cette disposition avait été rendue possible dans la loi, comme l'avait indiqué la ministre du Travail Elisabeth Borne lors de l'annonce de la mesure en juillet dernier. De son côté, l'établissement s'expose à une amende pouvant aller jusqu'à 9.000 euros et un an d'emprisonnement en cas de violations répétées à l'obligation vaccinale.

La CGT Santé maintient la pression

La CGT Santé a appelé mardi à une journée de mobilisation partout en France pour protester contre cette mesure. "La CGT est clairement pour une vaccination libre et consentie", a expliqué sur 'France Bleu Limousin' Florence Metge, secrétaire générale de la CGT Santé au CHU de Limoges.

Début septembre, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez avait également d'ores et déjà mis en garde contre une possible "catastrophe sanitaire" dans les hôpitaux si "5 ou 10% du personnel s'en va" en raison de l'obligation vaccinale, tout en appelant au dialogue...

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !