»
»
»
Consultation

Cosmétiques : le nouvel eldorado du bio ?

Cosmétiques : le nouvel eldorado du bio ?

Selon une étude de l'Ifop, 72% des françaises ont déjà utilisé un cosmétique bio et la tendance progresse ces dernières années...

Cosmétiques : le nouvel eldorado du bio ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les Françaises sont de plus en plus nombreuses à être séduites par les cosmétiques bio... Selon une enquête de l'Ifop pour la marque Nuoo, 58% des femmes interrogées ont acheté des produits de beauté issus de l'agriculture biologique en 2018 - elles étaient seulement 33% en 2010.

Shampoings et soins capillaires

Les Françaises privilégient avant tout les produits naturels pour leurs cheveux. Elles sont 39% à utiliser un shampoing, un après-shampoing ou un soin capillaire issu de l'agriculture biologique. Un usage régulier qui concerne aussi les soins pour le visage ou pour le corps pour 37% d'entre elles. Les consommatrices se tournent également vers les démaquillants, gommages et autres nettoyants naturels pour 36% des sondées...

A l'inverse, les parfums et les crèmes solaires sont les produits où le bio compte le moins d'utilisatrices, elles ne sont que 15% pour les eaux de toilettes et 25% pour les protections solaires.

Préserver sa santé

Le souci de préserver sa santé est la première raison qui pousse les femmes à se tourner vers les gammes naturelles (73%). L'efficacité des produits en termes d'hygiène et de beauté est aussi mise en avant par 66% des utilisatrices mais aussi le souci de préserver l'environnement pour 64% d'entre elles.

En France, les femmes habitant la région Paca sont les plus consommatrices de cosmétiques naturels. Elles sont 70% à en avoir acheté l'année passée. Les Bretonnes arrivent en seconde position (66%).

En revanche, c'est en Centre Val de Loire que le marché est le plus réduit par rapport à la moyenne nationale. Seules 48% des femmes ont utilisé des produits de beauté bio en 2017.

Des prix trop élevés

L'usage de ces "cosmétiques verts" est aussi lié au niveau d'études. Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont plus enclines à se tourner vers ces achats. Elles sont 69% à avoir déjà effectué la démarche contre 43% pour les ouvrières.

Le prix des produits bio, souvent plus élevé, est évoqué comme un frein par 66% de celles qui n'ont pas encore sauté le pas...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com