Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : vers une semaine de 60 heures pour certains secteurs ?

Coronavirus : vers une semaine de 60 heures pour certains secteurs ?

Il s'agit de l'une des dispositions contenues dans les 25 ordonnances examinées ce mercredi en Conseil des ministres.

Coronavirus : vers une semaine de 60 heures pour certains secteurs ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Des salariés seront-ils obligés de travailler 60 heures par semaine ? Alors que doivent être examinés ce mercredi en Conseil des ministres 25 ordonnances mettant en oeuvre la loi d'urgence sanitaire pour faire face à la pandémie de coronavirus, le gouvernement envisage de donner la possibilité de déroger à la durée du travail hebdomadaire dans certains secteurs.

Concrètement, certains salariés pourraient être amenés à faire une semaine de 60 heures (avec paiement des heures supplémentaires à partir de la 36ème heure) contre 48 heures maximum actuellement, et à enchaîner jusqu'à 12 semaines consécutives à 46 heures de moyenne, contre 44 aujourd'hui, comme l'explique 'Le Parisien'...

Pour rappel, cette possibilité existe déjà dans le Code du travail, mais elle reste réservée à des "dérogations accordées dans des conditions fixées par décret".

Cette disposition est prévue pour les entreprises des secteurs "particulièrement nécessaires à la sécurité de la Nation ou à la continuité de la vie économique et sociale" (l'agroalimentaire, l'énergie ou des services supports et logistiques, les établissements de santé...).

Le travail du dimanche étendu ?

D'autres dérogations devraient être également autorisées par le texte du ministère du Travail. Il prévoit en effet une baisse du temps de repos compensateur entre deux journées de travail, passant de 11 heures de repos obligatoires à seulement 9 heures, et cela toujours en fonction des secteurs.

Un autre changement pourrait intervenir pour certains salariés. Il concerne le travail du dimanche qui pourra lui aussi être étendu, afin de permettre à certaines entreprises "de tourner 7 jours sur 7". Les secteurs des télécoms, de l'alimentation et des transports sont les principaux concernés. A noter que la mise en place travail dominical se fera uniquement sur la base du volontariat des salariés.

Les syndicats inquiets

L'employeur pourra décider de façon unilatérale de mettre en oeuvre ces dérogations pour ses salariés. L'inquiétude monte chez les syndicats. Selon le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, cité par 'franceinfo', cela "va à l'encontre du besoin de dialogue dont le pays a besoin en ce moment".

C'est "une hérésie", pour Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière, invité à l'antenne de 'RTL'. "Toutes les organisations syndicales ont protesté contre ce type de dispositifs qui conduit à donner tous les pouvoirs à l'employeur", a-t-il expliqué.

Mais pour le gouvernement, il s'agit avant tout de donner le maximum de souplesse durant cette période de crise, soulignant aussi qu'un système de primes peut également être mis en place par les entreprises. Ces dispositions restent temporaires, elles seront accordées par voie de décret ou d'arrêté pour une période limitée dans le temps...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !