Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : vers une hausse des tarifs de l'électricité après la crise ?

Coronavirus : vers une hausse des tarifs de l'électricité après la crise ?

La directrice générale par intérim d'Engie Claire Waysand a prévenu qu'une "légère augmentation des prix de l'électricité" pourrait intervenir en août pour les clients aux tarifs réglementés.

Coronavirus : vers une hausse des tarifs de l'électricité après la crise ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La pandémie de coronavirus va-t-elle impacter les prix de l'électricité ? Interrogé par 'franceinfo', la directrice générale par intérim d'Engie Claire Waysand a prévenu qu'une légère hausse des prix pourrait être constatée pour les clients aux tarifs réglementés d'EDF cet été.

"Les prix réglementés sont fixés sur la base d'une formule, ils sont fixés chaque année au mois d'août, et ce qui devrait se passer au mois d'août prochain, c'est une légère augmentation des prix de l'électricité", a-t-elle expliqué.

Pour les 5 millions et demi de clients d'Engie bénéficiant de prix fixes, "ceux-là ne devraient pas voir leurs prix d'électricité évoluer", a précisé Claire Waysand.

Baisse de la consommation pendant le confinement

Selon le dernier pointage du Réseau de transport d'électricité (RTE), la consommation d'électricité a diminué d'environ 15% dans l'Hexagone en raison du ralentissement économique dû à la pandémie de Covid-19. Une chute qui s'explique notamment par l'arrêt du fonctionnement de sites industriels qui représentent en France 16,5% de la consommation et des autres entreprises (47,5% de la consommation).

Face à cette baisse, la directrice générale d'Engie affirme "assurer la continuité des activités nécessaires partout où nous le pouvons, c'est-à-dire, "la fourniture de gaz, d'électricité, la fourniture de services à des infrastructures essentielles, le dépannage chez les particuliers...". "Depuis le début de la crise, on a fait 40.000 dépannages", a-t-elle précisé.

20% des salariés d'Engie au chômage partiel

"On a du chômage partiel en France à hauteur de 20% parce qu'une partie de nos activités sont affectées par la baisse de l'activité économique plus large", a ajouté Claire Waysand.

Par ailleurs, le conseil d'administration d'Engie a fait le choix de ne pas distribuer des dividendes au titre de l'année 2019, a-t-elle rappelé, tout en convenant qu'il s'agissait d'un "vrai effort" demandé aux 450.000 actionnaires français. Mais "dans ce contexte, le conseil d'administration a jugé qu'il était pertinent de donner à l'entreprise des marges de manoeuvre pour le contexte de la reprise et donc en ne payant pas ses dividendes", a-t-elle expliqué.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !