Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : vers une alliance entre But et Conforama ?

Coronavirus : vers une alliance entre But et Conforama ?

Au bord du dépôt de bilan, Conforama attend toujours que son prêt garanti par l'Etat soit accordé.

Coronavirus : vers une alliance entre But et Conforama ?
Crédit photo © Reuters / Regis Duvignau

(Boursier.com) — Comment sauver Conforama ? Alors que le géant de l'ameublement est en grande difficulté financière et attend toujours que son prêt garanti par l'Etat soit accordé, le Comité Interministériel de Restructuration Industrielle (CIRI) plancherait activement sur ce cas afin de réussir à préserver l'emploi. L'une des solutions envisagées serait un rapprochement entre les deux concurrents historiques, Conforama et But.

But aurait effectivement envoyé il y a une dizaine de jours une proposition d'alliance industrielle à son concurrent. "Le projet industriel a été présenté au conseil d'administration et à sa présidente, Helen Lee Bouygues, représentant de l'actionnaire sud-africain Steinhoff et ses créanciers", a détaillé une source à 'BFMTV'.

Les deux entreprises resteraient indépendantes, mais avec des stratégies commerciales, de distributions et d'achats autonomes. Selon les informations du 'Parisien', les actionnaires de But seraient prêts à apporter 200 à 300 millions d'euros pour payer les fournisseurs de Conforama, assurer les échéances à court terme et préserver les emplois.

Un prêt garanti par l'Etat de 320 millions d'euros

Contactées, les directions des deux groupes n'ont ni infirmé ni confirmé cette information. Le PDG de But Alexandre Falck a toutefois expliqué que si un projet devait être étudié, la priorité serait "de préserver l'emploi chez Conforama et But, mais également chez [leurs] fournisseurs français". "Nous sommes des commerçants, notre obsession serait de développer les deux enseignes", a-t-il ajouté.

Le numéro trois français de l'ameublement (après Ikea et But), qui emploie 9.000 personnes dans l'Hexagone, a fait une demande de prêt garanti par l'Etat (PGE) de 320 millions d'euros pour surmonter les difficultés économiques liées à la crise du Covid-19, selon 'Le Monde'. Mais les discussions avec les banques partenaires (HSBC, Crédit du Nord, LCL et BNP Paribas) seraient au point mort. Les syndicats ont notamment dénoncé le désengagement de BNP Paribas, qui ne se serait pas présenté à la dernière réunion consacrée au PGE.

"Que quelques semaines de trésorerie"

La semaine dernière, le directeur général de Conforama Marc Ténart aurait tiré la sonnette d'alarme auprès de ses salariés, indiquant qu'il ne lui restait "que quelques semaines de trésorerie", selon 'Le Parisien', qui cite l'un de ses fournisseurs.

"Le discours du PDG de Conforama était très inquiétant pour l'ensemble de la filière bois. Nous ne sommes plus payés par le groupe. La chute de Conforama aurait des conséquences en chaîne sur notre industrie qui représente 40.000 emplois", a-t-il expliqué. Ces problèmes de trésorerie ont d'ailleurs déjà contraint l'entreprise à ne rouvrir que 20 magasins Conforama sur près de 200 en France, lors du premier week-end déconfiné.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !