Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : vers un "contrôle continu complet" pour le bac et le brevet

Coronavirus : vers un "contrôle continu complet" pour le bac et le brevet

Le contrôle continu prendra en compte les trois trimestres de l'année, à l'exception des notes obtenues pendant le confinement.

Coronavirus : vers un 'contrôle continu complet' pour le bac et le brevet
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Plus de deux millions d'élèves français sont concernés... L'ensemble des épreuves du brevet et du baccalauréat sera validé par le contrôle continu cette année, a déclaré vendredi le ministre de l'Education. Jean-Michel Blanquer estime que l'épidémie de coronavirus ne permet pas de garantir de façon "absolue" la tenue d'épreuves écrites,

"Nous avons voulu garantir que chacun puisse passer l'examen mais aussi garantir l'équité et la qualité, notamment au travers de l'assiduité et de la motivation", a-t-il souligné lors d'une conférence de presse.

Solution la plus juste ?

Le contrôle continu prendra en compte les trois trimestres de l'année, à l'exception des notes obtenues pendant le confinement. Il s'agit de la "solution la plus simple, la plus sûre, la plus juste dans les temps difficiles que nous vivons", selon le ministre.

Dans le détail, l'obtention final du brevet comme du baccalauréat sera conditionné entre autres à un "contrôle d'assiduité", la note de l'épreuve écrite du baccalauréat de français en 1ère sera la moyenne des notes obtenues par l'élève tout au long de l'année dans cette matière.

Oral de français fin juin-début juillet

L'épreuve orale de français est elle maintenue et sera organisée fin juin-début juillet mais avec moins de textes exigés que prévu. Les oraux de rattrapage pour les élèves de terminale se tiendront comme chaque année début juillet. L'année scolaire prendra elle fin le 4 juillet.

Crèches, écoles, collèges, lycées et universités sont fermés en France depuis le 16 mars pour tenter de contenir la progression du virus qui a fait à ce jour près de 5.400 morts et conduit l'exécutif à prendre des mesures drastiques de confinement.

Au vu des nombreuses "incertitudes" sur la "date de retour à la normale", le scénario d'un retour en cours le 4 mai n'est qu'"une hypothèse", a souligné Jean-Michel Blanquer.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !