Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : quel impact sur le prix du panier de courses ?

Coronavirus : quel impact sur le prix du panier de courses ?

Selon l'UFC-Que Choisir, les consommateurs se retouvent de plus en plus souvent obligés de se rabattre sur des articles plus chers, alors que certains rayons sont dévalisés depuis le début du confinement...

Coronavirus : quel impact sur le prix du panier de courses ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les prix des produits de première nécessité n'ont pas augmenté, et pourtant... Malgré les déclarations rassurantes des représentants de la grande distribution face aux craintes de pénurie, les Français se sont rués sur certains produits, provoquant des ruptures de stock dans les enseignes. Cela a eu pour effet de faire grimper le prix du panier de courses, comme l'a révélé l'UFC-Que Choisir, qui a mené une enquête auprès des 4.000 drives de France et dans 10 enseignes différentes.

Du 6 au 11 avril, l'association s'est en effet intéressée à l'évolution du prix de plus de 200 produits, comme les pâtes, le riz et la farine. La hausse du panier moyen aurait ainsi progressé de 2,5% "pour cette quatrième semaine de confinement, par rapport à la période de référence (2 au 6 mars)", indique l'étude.

"C'est tout de même un léger mieux pour notre portefeuille par rapport à la troisième semaine", estime l'UFC-Que Choisir, rappelant que la hausse était de 2,8% du 20 mars au 4 avril dernier...

Les clients contraints de se reporter sur les gammes plus chères

Si le ticket de caisse des Français augmente au drive malgré des hausses de prix limitées sur les produits de première nécessité, c'est parce que les clients se retrouvent "contraints de se reporter sur les gammes plus onéreuses", explique l'étude. "En effet, un certain nombre de produits continuent à être largement en rupture de stock depuis la crise liée au coronavirus", affirme l'association de consommateurs.

Selon l'enquête, le nombre de choix de marques disponibles en magasin a fortement baissé pour les gels hydroalcooliques (avec un recul de 74% du nombre de références en drive pour la semaine 6 au 11 avril, par rapport à la semaine du 2 au 6 mars). De même que pour les lingettes pour la maison (-55%), le pain de mie (-51%) ou encore la farine (-38%) et les savons (-37%).

Les pâtes coûtent en moyenne 5% plus cher au kilo

Ainsi, pour les consommateurs français, les pâtes reviennent en moyenne 5% plus cher au kilo en cette quatrième semaine de confinement par rapport à la première semaine de mars. La hausse du ticket de caisse moyen est également marquée pour le lait (+4%), mais elle est plus faible pour le riz et les oeufs (+2%) et le jambon (+1%).

Pour rappel, côté fruits et légumes aussi (qui ne sont pas comptés dans le panier moyen de l'étude), les tarifs peuvent aussi parfois s'envoler mais pour d'autres raisons, comme "les coûts d'approvisionnement, de transports, mais aussi de récolte", rappelle Grégory Caret, le directeur de l'observatoire de la consommation de l'UFC-Que choisir, au 'Parisien'.

A l'inverse, l'étude souligne que les produits bébé, le pain de mie (tous deux à -2%), les petits pois et haricots (-3%) en conserve sont moins chers qu'avant le confinement...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !