Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : Netflix accepte de réduire son débit pour libérer de la bande passante

Coronavirus : Netflix accepte de réduire son débit pour libérer de la bande passante

Face au risque d'engorgement des réseaux, la plateforme de vidéo à la demande va réduire la qualité de ses vidéos pendant 30 jours. YouTube a de son côté annoncé suspendre la lecture de vidéos HD pour soulager les réseaux européens.

Coronavirus : Netflix accepte de réduire son débit pour libérer de la bande passante
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Netflix prend des mesures pour éviter la congestion des réseaux Internet... Si les opérateurs français assurent pouvoir tenir le choc face au risque d'engorgement des réseaux, alors que le confinement imposé dans plusieurs pays en pleine pandémie de coronavirus fait exploser le trafic, le leader du streaming vient d'annoncer qu'il allait réduire le débit de ses vidéos en Europe pour un mois afin de soulager les infrastructures.

Suite à un entretien téléphonique entre le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton et le patron de la plateforme de vidéo à la demande Reed Hastings, "et étant donné les défis extraordinaires posés par le coronavirus, Netflix a décidé de réduire le débit de tous les streams en Europe pour une durée de 30 jours", a indiqué la plateforme de streaming dans un communiqué.

Le commissaire européen a salué sur Twitter l'initiative de l'entreprise, qui doit permettre, selon lui, de "préserver le fonctionnement fluide d'Internet durant la crise du Covid-19 tout en maintenant une bonne expérience pour les utilisateurs".

Réduction de 25% du trafic utilisé par Netflix

Mercredi dernier, Thierry Breton avait d'ailleurs déjà invité les abonnés de Netflix à ne plus utiliser, si possible, le mode "haute définition", après s'être entretenu une première fois avec Reed Hastings. "En période de confinement face au Covid-19, le télétravail et le streaming sont très utiles, mais les infrastructures peuvent être mises à rude épreuve. Pour sécuriser l'accès à Internet pour tous, passons à la définition standard lorsque la HD n'est pas nécessaire", avait-il écrit.

Selon la plateforme américaine, cette réduction devrait permettre de décongestionner les réseaux européens d'environ 25%, tout en conservant une qualité d'image très correcte pour les clients. Concrètement, cette diminution ne fera pas passer tous utilisateurs à l'ancestrale définition standard (720x480 pixels). Netflix peut en effet suffisamment rogner de manière à peine perceptible sur la 4K (3.840x2.160 pixels) ou la full HD (1.920x1.080 pixels) pour proposer une bonne qualité.

Le streaming représente environ 60% du trafic

Selon le dernier rapport annuel du spécialiste américain Sandvine, le streaming représente environ 60% du trafic Internet dans le monde. En France, Netflix (23%), Google/YouTube (17%), Facebook (5%), Amazon (3%), Canal+ (2%) représentent 50% du trafic Internet descendant, selon les chiffres de l'Arcep de l'été dernier.

Comme l'indique 'Les Echos', l'usage de Netflix a augmenté de 75% en une semaine chez un opérateur français. "Les pics que l'on voyait d'habitude le week-end ont désormais lieu toute la semaine. Aujourd'hui, il n'y a pas de problème avéré d'engorgement. Mais nous avons senti qu'il y avait potentiellement un danger", a expliqué au quotidien économique le cabinet de Cédric O, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique.

Ce vendredi, YouTube a de son côté annoncé la suspension de la lecture de vidéos HD pour soulager les réseaux européens pendant 30 jours. "Nous nous engageons à passer temporairement tout notre trafic dans l'Union européenne en définition Standard par défaut", a indiqué le service gratuit de vidéo dans un communiqué.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !