Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : les premiers vaccins "Made in France" sont arrivés !

Coronavirus : les premiers vaccins "Made in France" sont arrivés !

Les premiers vaccins Pfizer/BioNTech ont été conditionnés mercredi par Delpharm dans l'Eure-et-loire. D'ici à la fin de l'année, au moins 4 sites français contribueront à la chaîne industrielle des vaccins anti-Covid.

Coronavirus : les premiers vaccins 'Made in France' sont arrivés !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Très attendue, la production de vaccins contre le coronavirus a démarré cette semaine en France dans l'usine du sous-traitant Delpharm, partenaire de Pfizer-BioNTech, qui a produit ses premières doses à Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir). Delpharm sera suivi vers la mi-avril par Recipharm, qui conditionnera le vaccin Moderna à Monts (Indre-et-Loire).

Delpharm (comme Recipharm) ne produit pas la substance active du vaccin, mais est chargée de son conditionnement en flacons stériles, avec la contrainte du maintien à - 70 oC, le vaccin à ARN messager de Pfizer-BioNTech devant être stocké à très basse température. L'ARN est livré par BioNTech depuis les usines de la biotech allemande à Marburg et par ses sous-traitants près de Bruxelles et de Vienne. Delpharm a investi 20 millions d'euros en équipement, dont la moitié financée par l'Etat, selon le 'JDD'.

Les vaccins en question sont destinés à l'Union européenne. La France en recevra la proportion correspondant au contingent de vaccins anti-Covid prévus par l'UE pour la France sur l'ensemble de ses commandes, soit environ 15%, a indiqué Delpharm.

Par ailleurs, vers la mi-avril, la filiale française du suédois Recipharm, démarrera le conditionnement du vaccin de Moderna à Monts (Indre-et-Loire). Le site reçoit la matière active, l'ARN, congelée, depuis les installations européennes de Lonza, géant suisse de la chimie pharmaceutique. Le vaccin est ensuite préparé à Monts où sont réalisées les opérations de remplissage, de conditionnement, de contrôle qualité et de distribution.

250 millions de doses sorties des sites français d'ici à la fin de l'année

L'usine de Recipharm a investi plus de 2 millions d'euros dans l'achat de réfrigérateurs (la vaccin Moderna doit être conservé à -18 degrés) et a formé une soixantaine de personnes, avec pour objectif de produire 20 millions de flacons multidoses en 2021. Les vaccins fabriqués à Monts sont destinés à l'Europe, mais aussi au marché mondial, sauf Etats-Unis.

Le façonnier Fareva devrait lui lancer "fin mai, début juin" la production du vaccin CureVac, qui est encore soumis à la condition d'autorisation de mise sur le marché, dans ses usines de Pau et de Val-de-Reuil (Eure), a indiqué le ministère de l'Economie.

Enfin, le Français Sanofi va produire pour Janssen (filiale de Johnson & Johnson), à Marcy-l'Etoile (Rhône). "Quand on met tout ça bout à bout, on est sur au moins 250 millions de doses qui sortiront des sites français d'ici à la fin de l'année, en cumulé", a indiqué Bercy.

"250 millions de doses de vaccins Covid-19 produites en France en 2021: voilà notre objectif", a confirmé mercredi Emmanuel Macron. "Cela commence concrètement dès aujourd'hui avec les premiers vaccins BioNTech-Pfizer produits sur le site Delpharm de Saint-Rémy-sur-Avre: bravo à toutes les équipes !", a-t-il salué via Twitter.

"La France est sur le point de basculer dans une production massive de vaccins", s'était de son côté félicité dimanche dernier Thierry Breton, le Commissaire européen en charge de la task force Vaccins, en visite dans l'usine de l'allemand CordenPharma à Chenôve (Côte d'Or), près de Dijon, qui fournit à Moderna les nanolipides de son vaccin.

Le vaccin Sanofi attendu au second semestre

Le chiffre de 250 millions de doses ne comprend pas le vaccin mis au point par Sanofi, espéré pour le second semestre, si les essais cliniques s'avèrent concluants. En effet, pour assurer son indépendance sanitaire, la France devra maîtriser l'ensemble de la production de vaccins, et notamment de la substance active des vaccins de nouvelle génération à ARN messager.

Bien au-delà du Covid, cette technologie ouvre la voie au traitement de nombreuses maladies parmi lesquelles le cancer. Le groupe français Sanofi est engagé avec la biotech américaine Translate Bio dans un projet de vaccin Covid à base d'ARN messager, dont il a fait l'une de ses priorités en matière de R&D. Lancé à la mi-mars, l'essai clinique du tandem devrait livrer ses résultats intermédiaires d'ici à la fin septembre.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !