Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : les dividendes en question

Coronavirus : les dividendes en question

La CFDT demande une année blanche pour protéger les entreprises. Des son côté, Bercy appelle à la "modération".

Coronavirus : les dividendes en question
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Airbus Group, Tarkett ou Unibail-Rodamco-Westfied ont donné le ton depuis quelques jours, en décidant de suspendre le dividende versé aux actionnaires pour cette année, face aux conséquences économiques de l'épidémie de coronavirus.

La CFDT, première organisation syndicale en France, demande mercredi une généralisation de cette décision. "La situation exceptionnelle impose des mesures de solidarité exceptionnelles", déclare Philippe Portier, secrétaire national de la CFDT, cité sur le site internet de la centrale syndicale. "De nombreux salariés, pour assurer une continuité de service, doivent s'adapter dans des conditions parfois difficiles, il serait incompréhensible que les actionnaires ne fassent pas eux aussi un effort", ajoute-t-il.

La CFDT précise qu'elle plaidera pour des initiatives en ce sens via ses représentants aux conseils d'administration des entreprises et dans les instances représentatives du personnel.

Bercy appelle à la "modération"

Mardi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait appelé les entreprises, notamment les plus grandes, à faire preuve de "la plus grande modération" dans leur politique de dividende. "C'est un moment où tout l'argent doit être employé pour faire tourner les entreprises", a-t-il estimé... Il n'est toutefois pas allé jusqu'à conditionner le versement d'aides publiques à leur suspension.

En 2019, les entreprises du CAC 40 ont versé près de 50 milliards d'euros à leurs actionnaires, rappelle la CFDT.

Engie réclame la suppression

Les syndicats d'Engie demandent également la suppression du dividende proposé par le groupe au titre de 2019 pour lui permettre de sécuriser ses flux de trésorerie et de participer à la relance de l'économie française une fois que la pandémie de coronavirus sera terminée, selon une lettre ouverte adressée au ministre de l'Economie...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !