Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : les chauffeurs routiers appelés à exercer leur droit de retrait

Coronavirus : les chauffeurs routiers appelés à exercer leur droit de retrait

Alors trois syndicats ont appelé les routiers à exercer leur droit de retrait en cas de manquement aux conditions sanitaires, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a reconnu que leur demande était "légitime".

Coronavirus : les chauffeurs routiers appelés à exercer leur droit de retrait
Crédit photo © reuters

(Boursier.com) — Alors que la pandémie de coronavirus continue d'inquiéter en France, trois syndicats ont appelé les routiers à exercer "individuellement" leur droit de retrait, en cas de "manquements" aux mesures de protection sanitaire...

Dans un communiqué commun, la CFDT, FO et la CFTC ont constaté "que les conditions de travail des salariés en matière de sécurité sanitaire ne sont pas au rendez-vous". "Même si des efforts ont pu être consentis, cela est bien maigre au regard des risques sanitaires et cela devient de plus en plus dangereux face à cette pandémie", ont indiqué les trois organisations.

Selon les syndicats, "le constat est récurrent de jour en jour" : il y a un "manque de masques, gants et gel hydroalcoolique", un "manque de sanitaires et douches" accessibles, des services de restauration "pas assez répandus" et des "clients ne respectant pas les conducteurs à la juste mesure".

Une demande "légitime" selon Bruno Le Maire

Ainsi, les syndicats réclament les mêmes mesures qu'en Espagne, avec "des dispositifs sérieusement protecteurs pour agir en temps de guerre". Ils demandent également "l'arrêt des transports non essentiels" , la "réquisition des aires de repos, stations-service, restaurants routiers", et pour les transports sanitaires, "les mêmes protections que les urgentistes".

Invité de 'BFMTV-RMC' ce lundi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a dit comprendre cet appel au droit de retrait et a appelé les entreprises qui travaillent avec eux à mieux les accueillir. "Je comprends parfaitement que les routiers demandent à avoir les protections sanitaires nécessaires. Il faut garantir la continuité du pays. Mais ça ne peut pas se faire au détriment de la sécurité", a-t-il assuré.

"Il faut garantir la sécurité sur leur point de livraison, il faut qu'ils puissent se laver les mains, être accueillis dans de bonnes conditions, se reposer. Dans les usines qu'ils livrent, dans les entreprises mais aussi dans les magasins", a affirmé le ministre.

Pas de pénurie à redouter

La déléguée générale de la Fédération nationale des transporteurs routiers Florence Berthelot, qui dit comprendre l'inquiétude des chauffeurs routiers face au Covid-19, a de son côté écarté tout risque de pénurie.

"Nous sommes une profession responsable. Le transport routier va rouler... Nous assurons la continuité de l'approvisionnement. On a affaire à toute une chaîne qui s'organise, en toute responsabilité. Il n'y a pas de pénurie à redouter car on ne manque absolument pas de stocks", a-t-elle assuré à 'franceinfo'.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !