Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : le retour à l'école le 11 mai ne "sera pas obligatoire", précise Blanquer

Coronavirus : le retour à l'école le 11 mai ne "sera pas obligatoire", précise Blanquer

Le ministre de l'Education a indiqué que la réouverture des écoles annoncée à partir du 11 mai ne se fera "pas du jour au lendemain". La priorité pourra être donnée "aux publics les plus fragiles".

Coronavirus : le retour à l'école le 11 mai ne 'sera pas obligatoire', précise Blanquer
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Comment va se dérouler le retour en classe ? Sur 'France 2" ce mardi, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a donné plus de détails sur la réouverture des écoles à partir du 11 mai prochain, date fixée par Emmanuel Macron lors de son allocution lundi soir.

"Toutes les écoles ne seront pas ouvertes le lundi 11 mai", a indiqué le ministre. "On va élaborer toute une méthodologie" de reprise, "qui passe forcément par de très grands aménagements. En mai-juin, ce ne sera pas du tout comme avant, ce sera forcément différent", a-t-il prévenu.

Pour rappel, le chef de l'Etat a annoncé que les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriraient "progressivement" à partir de mi-mai. Mais le retour à l'école ne "sera pas obligatoire le 11 mai, le mot 'progressif' est très important dans cette phrase parce qu'il est évident que tout ne va pas se passer du jour au lendemain", a expliqué Jean-Michel Blanquer.

"Sauver les élèves qui pourraient partir à la dérive du fait du confinement"

Il ne s'agira "pas d'une rentrée comme les autres, avec des classes de 30 élèves", mais plutôt avec des "petits groupes", a précisé le ministre, qui doit rencontrer ce mardi les organisations syndicales pour discuter des conditions sanitaires permettant la reprise. Jean-Michel Blanquer a également tenu à rappeler que cette décision a été prise notamment pour lutter contre les inégalités sociales qui se creusent pendant le confinement, alors que de nombreux élèves sont privés d'école "sans avoir accès au numérique".

"Le premier critère, il est d'abord social", a-t-il ainsi estimé. "Il faut sauver les élèves qui pourraient partir à la dérive du fait du confinement. C'est les publics les plus fragiles que j'ai d'abord en tête, a-t-il affirmé, précisant que les conditions de réouverture de ces établissements devraient être déterminées "d'ici deux semaines".

Des masques pour tous les élèves et professeurs ?

"La reprise progressive implique forcément qu'on ne va pas avoir les mêmes âges qui rentrent au même moment, et il ne pourra pas y avoir de grands groupes dans les classes", a-t-il insisté, ajoutant qu'il est "de ce fait, possible qu'il y ait une charge horaire moins importante pour les élèves".

Concernant la question des masques, le ministre de l'Education a assuré qu'il était "fort possible" qu'ils soient mis à disposition de tous les élèves et professeurs. "Cela fait partie des choses qu'on va décider au cours des deux prochaines semaines", a-t-il précisé.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !