Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : le coût des mesures de soutien relevé à 136 milliards d'euros

Coronavirus : le coût des mesures de soutien relevé à 136 milliards d'euros

"Le plus dur reste devant nous, je ne l'ai jamais caché", a répété le ministre de l'Economie et des Finances.

Coronavirus : le coût des mesures de soutien relevé à 136 milliards d'euros
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le gouvernement a présenté ce mercredi en conseil des ministres un nouveau budget de crise - le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR) depuis le début de la crise du coronavirus qui frappe la planète. Il a relevé une nouvelle fois son estimation du montant total des mesures...

"Près de 136 milliards d'euros sont désormais destinés au soutien à l'économie, à l'emploi, aux collectivités territoriales et aux plus précaires, contre 110 milliards d'euros prévus à la fin avril", peut-on lire dans le troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020.

Le plus dur à venir

Ce nouveau budget confirme les prévisions déjà annoncées d'une contraction de 11% de l'économie française cette année - sans précédent depuis 1945 - et d'une dégradation des finances publiques, avec un déficit public attendu à 11,4% du produit intérieur brut (PIB) et une dette prévue à 120,9% du PIB.

"Le plus dur reste devant nous, je ne l'ai jamais caché", a répété le ministre de l'Economie et des Finances mardi soir sur RTL. "Nous avons pris les bonnes mesures pour éviter les dégâts trop importants. Mais il y aura des faillites, des suppressions d'emplois", a prévenu Bruno Le Maire. "Nous avons devant nous une vague de faillites très violente, nous nous y préparons".

Pour les secteurs les plus fragiles

Le plan inclut les 18 milliards d'euros du plan d'aide au secteur du tourisme, les 8 milliards d'euros du plan pour l'automobile, les 600 millions pour la French Tech, les 15 milliards d'euros de soutien au secteur de l'aéronautique. Les mesures en faveur du petit commerce et du bâtiment sont en attente.

L'économie française va mettre deux ans pour se relever de la récession provoquée par la pandémie de coronavirus, estime la Banque de France dans une étude publiée mardi. La deuxième économie de la zone euro devrait se contracter de 10,3% cette année avant de rebondir en 2021 avec un PIB en croissance de 6,9% puis de 3,9% en 2022, précise la banque centrale.

"On va le plus vite possible"

Un plan de relance sera annoncé en septembre, a indiqué Bruno Le Maire. "On va le plus vite possible mais si on veut un plan de relance cohérent, il faut attendre d'avoir la validation des aides européennes", a-t-il expliqué, évoquant une dette de 121% du PIB à la fin de l'année. "Nous rembourserons le moment venu", assure le ministre.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !