Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : la "prime Macron" pourra être portée à 2.000 euros

Coronavirus : la "prime Macron" pourra être portée à 2.000 euros

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a confirmé que la prime de 1.000 euros défiscalisée pourra être portée à 2.000 euros dans les entreprises ayant conclu un accord de participation et d'intéressement.

Coronavirus : la 'prime Macron' pourra être portée à 2.000 euros
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C 'est confirmé ! Bercy va rendre possible un doublement de la prime de 1.000 euros accordée aux salariés qui vont travailler en cette période de confinement. Le versement de cette prime portée à 2.000 euros n'est toutefois rendu possible que dans les entreprises qui ont mis en place un accord de participation et d'intéressement.

Les entreprises qui ont déjà versé la prime de 1.000 euros, défiscalisée et exonérée de charges sociales, à leurs salariés "peuvent ainsi rajouter 1.000 euros si elles le souhaitent", a confirmé à 'BFMTV' le ministre de l'Economie.

Toutes les autres entreprises, autrement dit celle qui n'ont pas mis en place de plan d'intéressement, pourront de leur côté continuer de la verser jusqu'à 1.000 euros.

La prime accordée jusqu'au 31 août

Lundi, Bruno Le Maire s'était ouvertement déclaré lundi favorable à un déplafonnement de cette prime, qui correspond à la "prime Macron" instaurée lors de la crise des "Gilets jaunes". Il a ajouté qu'elle pourra continuer d'être accordée chaque mois jusqu'au 31 août, contre fin juin initialement.

Pour rappel, plusieurs distributeurs, dont Carrefour, Intermarché, Auchan ou encore Système U ont d'ores et déjà, annoncé qu'ils allaient verser cette prime de 1.000 euros à leurs salariés, mis à rude épreuve en raison de la pandémie de coronavirus.

Prime modulée selon les conditions de travail

Selon les informations des 'Echos', une ordonnance sera présentée en Conseil des ministres ce mercredi. Elle doit permettre de moduler la prime selon les conditions de travail, ce qui n'état pas possible jusqu'à présent.

Ainsi, "un salarié qui doit se rendre physiquement sur son lieu de travail - par exemple sur une chaîne de production dans une usine ou dans la grande distribution - pourra toucher davantage qu'un salarié de la même entreprise qui peut télétravailler", explique le journal.

Bruno Le Maire a toutefois assuré ne pas vouloir faire de "hiérarchie". "C'est aussi difficile d'être en télétravail. [...] Je me refuse à faire la hiérarchie entre ceux qui travaillent", a-t-il insisté.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !