Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : la liste des entreprises qui seront soutenues par l'Etat est "importante"

Coronavirus : la liste des entreprises qui seront soutenues par l'Etat est "importante"

"La liste, elle est prête", a dit le ministre de l'Economie et des Finances sur franceinfo. "Elle reste évidemment confidentielle", a-t-il ajouté.

Coronavirus : la liste des entreprises qui seront soutenues par l'Etat est 'importante'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le ministre de l'Economie a annoncé mardi matin que 730.000 salariés français se trouvaient au chômage partiel en raison de la crise causée par la pandémie de Covid-19. Bruno Le Maire a jugé sur franceinfo que la crise économique découlant de la pandémie était sans précédent depuis la Grande Dépression de 1929.

Il a jugé "préférable" que les salariés prennent des congés payés pendant la crise, mais dans le cadre d'un dialogue avec les entreprises. L'état d'urgence sanitaire va permettre d'imposer des jours de congés pendant la période de confinement. Par ailleurs, le plan de soutien de 45 milliards d'euros annoncé par le gouvernement sera probablement dépassé, a-t-il encore déclaré...

Quelles entreprises vont être soutenues ?

Plusieurs entreprises figurent sur la liste confidentielle établie par le gouvernement français des entreprises qui doivent être soutenues par l'Etat afin de faire face aux répercussions économiques, a-t-il déclaré.

"La liste, elle est prête", a dit le ministre de l'Economie et des Finances sur franceinfo. "Elle reste évidemment confidentielle", a-t-il ajouté, en rappelant cependant que les secteurs aéronautique et automobile étaient particulièrement fragilisés par cette crise sanitaire.

Interrogé sur le nombre d'entreprises concernés, il a évoqué une liste "importante" sur laquelle figurent "plusieurs entreprises", tout en refusant de préciser un chiffre ou des noms afin de ne pas fragiliser les entreprises concernées.

Les nationalisations pas impossibles

Il a une nouvelle fois répété que le gouvernement n'excluait pas si nécessaire de procéder à des nationalisations "en dernier recours", et pourrait également procéder à des recapitalisations ou à des prises de participation.

"Nous n'allons pas laisser des fleurons industriels (...) partir en fumée parce qu'il y a une crise économique d'une violence qui est sans doute sa précédent depuis 1929 dans les pays occidentaux", a-t-il assuré...

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !