Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : l'OCDE revoit en baisse de 0,5% sa prévision de croissance mondiale pour 2020

Coronavirus : l'OCDE revoit en baisse de 0,5% sa prévision de croissance mondiale pour 2020

L'organisation tablait encore sur une hausse de 2,9% en novembre, avant le début de l'épidémie. Elle appelle les banques centrales à agir...

Coronavirus : l'OCDE revoit en baisse de 0,5% sa prévision de croissance mondiale pour 2020
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le coronavirus entraîne comme prévu de lourds dégâts sur l'économie mondiale. L'OCDE indique ainsi que cette dernière devrait croître cette année à son rythme le plus faible depuis la crise financière il y a plus de 10 ans.

La progression devrait être de seulement 2,4% en 2020, soit le taux le plus faible observé depuis 2009. L'organisation de coopération et de développement économiques, qui compte 36 pays membres, tablait encore sur une croissance de 2,9% en novembre, peut-on lire dans ses prévisions actualisées...

Les banques centrales doivent agir

L'OCDE estime que l'économie mondiale pourrait renouer avec un taux de croissance de 3,3% en 2021, une prévision basée sur l'hypothèse d'un pic de l'épidémie de coronavirus en Chine au premier trimestre 2020 et d'une propagation contenue dans le reste du monde.

Toutefois, si le nouveau virus s'étend en Asie, en Europe et en Amérique du Nord, la croissance mondiale pourrait tomber à 1,5% cette année, a averti l'OCDE.

Eviter un impact plus lourd

L'organisation presse au passage les gouvernements et les banques centrales d'agir pour éviter un impact encore plus important...

"Les banques centrales peuvent envoyer un signal en indiquant qu'elles sont prêtes à faire plus sur leur politique accommodante", déclare Laurence Boone, l'économiste en chef de l'OCDE, dans un entretien accordé aux 'Echos'. "Cela pourrait permettre de calmer l'inquiétude des marchés financiers. Les banquiers centraux peuvent aussi assurer la liquidité du système bancaire, par exemple, en réduisant les réserves obligatoires. Il est vital de ne pas ajouter une crise financière à une crise de santé", poursuit-elle...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !