Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : l'Angleterre reconfinée jusqu'au mois de mars !

Coronavirus : l'Angleterre reconfinée jusqu'au mois de mars !

Face à l'explosion du nombre de cas de coronavirus, notamment d'un nouveau variant plus contagieux, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi soir un nouveau confinement total en Angleterre, jusqu'à la mi-février.

Coronavirus : l'Angleterre reconfinée jusqu'au mois de mars !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L 'aggravation rapide de la pandémie de Covid-19 au Royaume-Uni a contraint Boris Johnson à prendre des mesures radicales. Le Premier ministre britannique a annoncé lundi soir un reconfinement de l'Angleterre, le troisième depuis le début de la pandémie. Il est prévu jusqu'au mois de mars pour tenter de ralentir la transmission du virus, qui s'est accélérée à la faveur des fêtes de fin d'année et de l'apparition d'un nouveau variant jugé 70% plus contagieux.

Lors d'une allocution télévisée, Boris Johnson a donc annoncé un reconfinement total et immédiat de l'Angleterre, aussi strict que celui mis en place au printemps, qui prévoit notamment la fermeture des écoles...

Les commerces non essentiels resteront fermés et seuls les déplacements de première nécessité seront désormais autorisés. Boris Johnson a appelé les Anglais à rester chez eux et à ne sortir que pour aller faire des courses, faire de l'exercice (une fois par jour et avec un membre d'un autre foyer au maximum), ou pour aller aider une personne vulnérable...

Quelques heures plus tôt, l'Ecosse avait elle aussi annoncé un nouveau confinement total pour tout le mois de janvier. Les provinces d'Irlande du Nord et du pays de Galles avaient déjà instauré juste après Noël leur troisième confinement. En Angleterre, près de 80% de la population était déjà soumise à des restrictions importantes liées au Covid-19...

Sonnette d'alarme face au nouveau variant

Les responsables des services sanitaires de tout le Royaume-Uni avaient tiré la sonnette d'alarme en prévenant qu'il existait un "risque important dans plusieurs régions" que le système public de santé, le NHS, soit "submergé au cours des 21 prochains jours" sans la prise de nouvelles mesures.

Avec plus de 75.000 morts, le Royaume-Uni est l'un des pays d'Europe les plus endeuillés par le Covid-19 et la tendance s'est aggravée ces dernières semaines. Le nombre de cas positifs quotidiens dépasse le seuil des 50.000 depuis plusieurs jours et approchait les 59.000 lundi. Les hôpitaux sont déjà submergés de patients atteints du Covid-19, plus nombreux qu'au pic de la première vague au printemps.

Priorité à la campagne de vaccination

Critiqué pour sa gestion chaotique de la crise sanitaire, le gouvernement de Boris Johnson a mis toute son énergie dans le déploiement de la vaccination, le Royaume-Uni ayant été le premier pays occidental à commencer sa campagne, dès le 8 décembre avec le vaccin Pfizer-BioNTech.

Plus d'un million de personnes ont déjà été vaccinées outre-Manche, et le rythme devrait s'accélérer avec le début des injections du vaccin mis au point par le laboratoire britannique AstraZeneca avec l'université d'Oxford.

Face à l'urgence, le Royaume-Uni a décidé de d'accélérer l'administration des premières doses de vaccins au plus grand nombre de personnes et pour ce faire, va reporter l'administration de la deuxième dose (qui augmente le degré de protection). L'administration des deux doses se fera avec un écart non pas de 3 semaines, mais de jusqu'à 12 semaines (la limite supérieure prévue par le protocole des laboratoires).

Lundi soir, lors de son allocution, le Premier ministre britannique a salué "la chance" que représente le vaccin contre le virus, et a souligné que "nous vaccinons plus vite que le reste de l'Europe et accélérons encore".

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !