Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : enfin un plan de soutien européen !

Coronavirus : enfin un plan de soutien européen !

Après de longues tractations, l'Union Européenne est parvenue à la veille du week-end de Pâques à adopter un plan de plus de 500 MdsE en réponse à la crise du Covid-19. La question des "coronabonds" a été laissée en suspens en vue d'une seconde étape

Coronavirus : enfin un plan de soutien européen !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après des semaines de marchandages, et près de trois jours de négociations marathon, les ministres européens des Finances sont enfin parvenus jeudi dernier à s'entendre sur une réponse économique commune à la crise provoquée par la coronavirus.

Selon le ministre français Bruno Le Maire, qui a salué un "excellent accord", ce plan européen inclut "500 milliards d'euros disponibles immédiatement", auquel s'ajoutera "un fonds de relance à venir". Il s'est félicité que "l'Europe décide et se montrer à la hauteur de la gravité de la crise".

Les "coronabonds" restent en suspens

Un terrain d'entente a finalement pu être trouvé avec les Pays-Bas notamment, qui refusaient d'envisager la mutualisation d'emprunts européens sous la forme de "coronabonds". Cette question des emprunts mutualisés, soutenue par la France et les pays du Sud, a finalement été mise en suspens, sans être exclue à terme.

Face à la pandémie, la réponse européenne sera orientée dans l'immédiat vers trois axes principaux : jusqu'à 250 milliards d'euros de prêts du MES (le fonds de secours de la zone euro), un fonds de garantie de 200 MdsE pour les entreprises via la BEI (la Banque européenne d'investissement) et jusqu'à 100 MdSE de la Commission européenne pour financer des mesures de chômage partiel.

Lors d'une téléconférence de presse jeudi soir, Bruno Le Maire a précisé qu'un 4e pilier consisterait en un plan de relance "qui pourra avoir un ordre de grandeur de l'ordre de 500 MdsE environ", portant le total des mesures de soutien à l'économie à près de 1.000 MdsE.

Des discussions restent toutefois à mener sur les conditions du financement de ce plan poussé par la France. La question des emprunts communs se reposera alors : "nous sommes attachés avec un certain nombre de pays à l'idée d'émettre de la dette en commun car nous pensons que c'est l'instrument économiquement le plus efficace. Ce point reste à discuter", a précisé Bruno Le Maire.

Quelles conditions pour recourir au fonds de secours MES ?

Wopke Hoekstra, le ministre des Finances néerlandais, refusait aussi de laisser le Mécanisme européen de stabilité (MES, ou fonds de secours de la zone euro) débloquer des fonds à des pays européens sans que des conditions strictes y soient associées (des réformes structurelles). Une position rejetée par l'Italie et l'Espagne, les deux pays européens les plus touchés par le Covid-19, qui considèrent de telles conditions comme une humiliation et une perte de souveraineté inacceptable.

Le ministre italien Roberto Gualtieri a assuré jeudi soir sur Twitter que les obligations européennes avaient été "mises sur la table" et que la conditionnalité du recours au MES avait été retirée du projet. "Nous envoyons au Conseil (des chefs d'Etat et de gouvernement) une proposition ambitieuse", s'est-il félicité.

Ce projet d'accord doit en effet désormais être validé par les chefs d'Etat et de gouvernement européens, qui n'étaient pas parvenus à s'accorder lors d'un sommet le 26 mars dernier. Ils avaient alors confié le dossier aux ministre des Finances, en leur donnant deux semaines pour trouver une réponse coordonnée à la crise économique déclenchée par la pandémie de Covid-19...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !