Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : couvre-feu de 21h à 06h dès samedi dans 9 zones

Coronavirus : couvre-feu de 21h à 06h dès samedi dans 9 zones

Emmanuel Macron a annoncé mercredi l'instauration d'un couvre-feu de 21h à 06h, à partir de samedi pour au moins 4 semaines dans 9 zones : Ile-de-France, et métropoles de Grenoble Lille Lyon Aix-Marseille Montpellier Rouen Saint-Etienne et Toulouse.

Coronavirus : couvre-feu de 21h à 06h dès samedi dans 9 zones
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Lors de son allocution télévisée très attendue, le président de la République a confirmé mercredi soir les rumeurs évoquant l'instauration d'un couvre-feu dans les zones où le coronavirus se propage le plus rapidement...

"La décision que nous avons prise, c'est un couvre-feu, qui va s'appliquer à la région Ile-de-France, et à huit métropoles : Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Rouen, Toulouse, Montpellier. Ce couvre-feu se fera entre 21 heures et 6 heures du matin et commencera ce samedi à minuit. Il durera pour quatre semaines", a détaillé Emmanuel Macron.

Ce couvre-feu pourra si nécessaire être prolongé jusqu'au 1er décembre, a-t-il précisé. "Nous irons devant le Parlement pour le prolonger jusqu'au 1er décembre. Six semaines, c'est le temps qui nous paraît utile", a-t-il ajouté.

Les hôpitaux à nouveau sous tension

Alors que de nombreux autres pays européens ont renforcé leurs mesures anti-Covid-19, le président s'est appuyé sur les statistiques de l'épidémie, qui montrent une forte recrudescence, avec un nombre de nouveaux cas de l'ordre de 20.000 par jour en France, et des hôpitaux à nouveau sous tension avec environ 200 hospitalisations par jour. "Il faut faire que ces 20.000 cas passent de 3 à 5.000 cas. Ces 200 entrées (...) doivent être réduites", a exhorté Emmanuel Macron.

Au moment de conclure son interview sur 'TF1' et 'France 2', le chef de l'Etat a néanmoins affirmé sa confiance dans la capacité du pays à surmonter la crise actuelle. "Nous avons besoin les uns des autres, on s'en sortira ensemble. Nous y arriverons", a-t-il conclu. Concernant les délais trop longs des résultats des tests PCR, Emmanuel Macron a annoncé l'arrivée de nouveaux types de tests plus rapides. "On va aller vers des autotests ou [des tests] sur la base de votre salive, parfois de votre sang".

"On doit progressivement aller vers une stratégie, dans tout le pays, qui est 'tester, alerter, protéger', (...) qu'on doit faire monter en puissance tout le mois de novembre et en décembre. On en a jusqu'à l'été 2021 au moins avec ce virus, tous les scientifiques sont clairs", a aussi déclaré Emmanuel Macron.

Restaurants fermés après 21h dans les zones concernées

Concernant le couvre-feu, le chef de l'Etat a précisé que "pour ceux qui rentrent du travail après 21 heures, il y aura une autorisation. Pour ceux qui ont des urgences sanitaires, il y aura des autorisations. Il n'y aura pas une interdiction de circuler mais une stricte limitation aux bonnes raisons", a précisé le chef de l'Etat. Mais, "on n'ira plus au restaurant, faire la fête, chez des amis" après 21 heures.

Pour faire respecter le couvre-feu, "il y aura des contrôles et des amendes de 135 euros et en cas de récidive, c'est 1.500 euros", a souligné le président. "On va mobiliser de manière proportionnée. Ce que j'espère, ce que chacun soit conscient des risques et de l'enjeu", a-t-il ajouté.

"Pas plus de 6 personnes à table"

Emmanuel Macron a insisté sur la responsabilisation de tous face à la situation sanitaire dégradée, rappelant l'importance du port du masque, même en famille, ainsi que la nécessité de ne pas se rassembler à plus de six personnes dans le cadre privé. "On essaie, quand on invite des amis, de ne pas être plus de 6 à table", comme au restaurant et "dans la rue", a-t-il expliqué.

Pour ce qui est des transports, notamment lors des vacances de la Toussaint, "nous n'avons pas décidé de réduire les déplacements entre les régions. Il ne s'agit pas d'infantiliser mais de responsabiliser. On n'empêche pas de partir en vacances, mais on demande de respecter des règles dans les semaines et les mois qui viennent", a poursuivi le chef de l'Etat, ajoutant : "on ne va pas réglementer tous les comportements".

Des incitations au télétravail, mais pas d'obligation

Mercredi matin lors du conseil des ministres, le gouvernement a rétabli par décret l'état d'urgence sanitaire en France à partir de samedi. "Eu égard à sa propagation sur le territoire national, telle qu'elle ressort des données scientifiques disponibles, l'épidémie de Covid-19 constitue une catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population", selon le compte-rendu du conseil des ministres.

Interrogé sur un recours accru au télétravail, Emmanuel Macron a indiqué que ce mode de travail ne serait pas imposé aux entreprises. Il a plaidé pour un télétravail "négocié" au niveau des branches. "On va plutôt inciter les gens à faire, pour les emplois où c'est pertinent, deux à trois jours de télétravail par semaine".

Des mesures de soutien additionnelles pour les secteurs sinistrés

Le président a par ailleurs annoncé une série de nouvelles mesures de soutien aux secteurs économiques frappés de plein fouet par les nouvelles restrictions du couvre-feu. Parmi les mesures prévues, "le chômage partiel à plein, 100% pour l'employeur, va être réactivé pour les secteurs que sont l'hôtellerie, la restauration, l'événementiel, la culture...", a-t-il indiqué.

Il y aura également "un délai nouveau pour les prêts garantis de l'Etat (PGE)". "On va essayer d'aider au maximum les théâtres et cinémas à pouvoir avoir des reprogrammations plus tôt", a-t-il aussi affirmé.

Aides pour les indépendants et les bénéficiaires du RSA et des APL

"Nous allons mettre en place des dispositifs supplémentaires car je ne veux pas que nos indépendants, TPE, PME tombent en faillite à cause de ce couvre-feu comme à cause du confinement", a ajouté le président.

Il a précisé que "pour les indépendants, nous prenons actuellement jusqu'à 60% du chiffre d'affaires et 10.000 euros sur la France entière. Il va falloir améliorer ce dispositif".

En outre, une aide exceptionnelle sera versée aux bénéficiaires du RSA et des APL. Les bénéficiaires du RSA et des APL "recevront une aide exceptionnelle de 150 euros, et 100 euros par enfant, dans les six semaines à venir", a ainsi annoncé Emmanuel Macron.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !