Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : comment la SNCF prépare le "déconfinement progressif"

Coronavirus : comment la SNCF prépare le "déconfinement progressif"

La compagnie ferroviaire prépare un plan pour augmenter la fréquence des départs et espère ainsi arriver à 100% de l'offre au début de l'été...

Coronavirus : comment la SNCF prépare le 'déconfinement progressif'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Que prévoit la SNCF pour l'après-confinement ? Auditionné par la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, le PDG Jean-Pierre Farandou a dit n'anticiper qu'une reprise "progressive" de la circulation des trains, pour accompagner "le déconfinement partiel ou le confinement allégé".

Pour les TGV, l'entreprise ferroviaire prévoit une reprise en trois phases, a expliqué Jean-Pierre Farandou, cité par 'Public Sénat'. Lors du déconfinement, l'offre de transport augmentera pour passer des 10% actuels à 20%. La circulation des TGV pourrait ensuite atteindre le niveau de 50% "dans les quelques semaines" suivant le 11 mai, avant de revenir à 100% pendant l'été...

Pour rappel, le trafic a été fortement réduit ces dernières semaines en raison du confinement. A l'heure actuelle, une quarantaine de TGV circule chaque jour dans le pays, contre 600 à 700 habituellement.

"L'offre cherchera à coller à la demande"

"L'offre cherchera à coller à la demande. On essaye d'estimer la demande, on y verra plus clair sur les consignes sanitaires que le gouvernement veut mettre en place pour le déconfinement partiel", a expliqué le PDG de la SNCF.

Pour les TER et les trains de banlieue d'Île-de-France, l'offre passera "très vite" de 15 à 25% actuellement à 50%, avant de progresser davantage pour répondre à la demande. Ce "plan de route" pourrait évidemment évoluer selon les consignes sanitaires données, alors que certaines régions pourraient être déconfinées après d'autres, a-t-il souligné.

Tous masqués dans les TGV ?

Mais selon le PDG de la SNCF, la reprise devra s'accompagner de nouvelles précautions sanitaires. Jean-Pierre Farandou prône en effet "le port du masque obligatoire", qui permettrait de lever à bord des règles de distanciation qui "paraissent très compliquées à aborder". "Il faut vraiment que le port du masque soit obligatoire", a-t-il insisté.

Par exemple, en Île-de-France, "si on nous impose de mettre un mètre ou un mètre et demi entre chaque passager, avec 100% des trains on ne transporte que 20% de ce qu'on transporte d'habitude, cela ne marche pas !", a-t-il expliqué. Or, "la SNCF ne peut pas prendre sur ses épaules la distribution de masques à toute la population française", a-t-il fait remarquer. De son côté, l'entreprise ferroviaire s'est engagée à fournir pour les voyageurs du gel hydroalcoolique et des points de lavage des mains dans les gares "quand elle le peut".

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !