Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Coronavirus : 9,6 millions de salariés au chômage partiel

Coronavirus : 9,6 millions de salariés au chômage partiel

La ministre du Travail a évoqué une "situation tout à fait hors du commun, qu'on n'a jamais connue en France".

Coronavirus : 9,6 millions de salariés au chômage partiel
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Ce sont désormais 9,6 millions de salariés du secteur privé qui sont "protégés" par le chômage partiel, a annoncé la ministre du Travail Muriel Pénicaud, ce lundi sur 'RTL', soit près d'un salarié du privé sur deux, évoquant une "situation tout à fait hors du commun, qu'on n'a jamais connue en France".

"On peut être fier en France d'avoir mis à l'abri les Français d'une catastrophe sociale", a estimé la ministre. Dans le détail, 785.000 entreprises ont demandé à accéder à ce dispositif, mis en place par le gouvernement depuis le début de la crise du coronavirus, en raison du ralentissement de l'activité.

Les secteurs les plus concernés restent le commerce, l'hébergement et la restauration, mais aussi le domaine de la réparation automobile et la construction.

Pas d'interruption brutale du dispositif

Si le chômage partiel a permis d'éviter des licenciements de masse, la priorité est désormais à la reprise de l'économie. La ministre espère que "le flux montant de l'activité" va "se croiser" avec celui du chômage partiel.

Selon elle, le dispositif ne sera pas interrompu brutalement lors du déconfinement. "Au fur et à mesure que l'activité reprend, on aura besoin de moins de chômage partiel", a expliqué Muriel Pénicaud, qui a appelé les chefs d'entreprises à reprendre leur activité normalement s'ils le pouvaient.

"Mixer" le travail en présentiel et le télétravail

Alors que le plan de déconfinement "progressif" de la France à partir du 11 mai est attendu, la ministre du Travail a préconisé lors de la mise en oeuvre de la sortie du confinement de "mixer" le travail en présentiel et le télétravail pour permettre une rotation des équipes, et ainsi le respect de la distanciation sociale.

Interrogée sur sur une éventuelle interdiction des licenciements, Muriel Pénicaud a dit regarder de "très près" la question, même si elle estime qu'il n'est pas possible de l'interdire. "J'aime mieux prolonger le chômage partiel le temps que l'activité reprenne", a-t-elle ajouté.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !