Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Contrat JEDI : Amazon est parvenu à bloquer temporairement Microsoft

Contrat JEDI : Amazon est parvenu à bloquer temporairement Microsoft

Une juge américaine a accepté la requête de la société de Jeff Bezos d'ordonner la suspension d'un mégacontrat du Pentagone, attribué à Microsoft en octobre 2019.

Contrat JEDI : Amazon est parvenu à bloquer temporairement Microsoft
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C'est une victoire (provisoire) pour Amazon... Même si la bataille judiciaire ne fait que commencer, le géant du commerce en ligne a obtenu la suspension du mégacontrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), qui avait été attribué à Microsoft fin octobre 2019. Une juge de la Cour fédérale américaine a en effet accordé à la société de Jeff Bezos un blocage "temporaire".

Pour rappel, le Pentagone avait lancé un colossal projet afin de mettre à jour son réseau de système informatique et qui porte sur le stockage de données en ligne. Pour mener à bien cette opération, les plus grandes entreprises technologiques (IBM, Oracle, et bien évidemment Microsoft et Amazon) s'étaient positionnées pour rafler le contrat de 10 milliards de dollars.

Considéré comme le favori par les analystes, Amazon Web Services (AWS), qui mène une campagne judiciaire pour obtenir l'annulation de la décision du Pentagone, accuse le président Donald Trump d'avoir influencé la décision du ministère de la Défense.

42 millions de dollars pour d'éventuels dommages et intérêts

Selon Amazon, le contrat aurait en effet été octroyé à Microsoft après des pressions exercées par Donald Trump pour nuire au groupe de Jeff Bezos, auquel le chef d'Etat reproche une attitude hostile. L'entrepreneur milliardaire, qui est également propriétaire du 'Washington Post', est fréquemment la cible des critiques du président américain, qui accuse le journal d'être partisan.

Selon l'agence Reuters, la juge Patricia Campbell-Smith a rendu sa décision préliminaire publique, mais ses attendus sont restés confidentiels. Les parties ont jusqu'au 27 février pour déterminer quels arguments pourront être rendus publics. Elle a aussi ordonné à Amazon de déposer 42 millions de dollars pour couvrir les dommages et intérêts si jamais l'injonction était, au final, considérée comme injustement accordée.

Microsoft et le département de la Défense confiants

De leur côté, Microsoft et le département de la Défense, qui critiquent cette décision, se sont tout de même montrés confiants concernant la suite de la procédure. "Même si nous sommes déçus par ce délai supplémentaire, nous pensons que nous pourrons finalement avancer et permettre à ceux qui servent notre pays d'accéder à la nouvelle technologie dont ils ont besoin", a affirmé Frank Shaw, vice-président de Microsoft en charge de la communication à 'CNBC'.

Egalement cité par la chaîne de télévision américaine, le lieutenant-colonel Robert Carver, porte-parole du DoD, a estimé "que les actions prises à l'occasion de ce litige retardent de manière inutiles la mise en oeuvre de la a stratégie de modernisation du département de la Défense et privent nos combattants de capacités dont ils ont urgemment besoin".

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com