Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Confinement : la sortie sera lente et (très) progressive

Confinement : la sortie sera lente et (très) progressive

Le cabinet de conseil Boston Consulting Group envisage un déconfinement en France vers la mi-juin, voire en juillet, soit plus tard qu'évoqué par les autorités. L'Elysée a annoncé mercredi la prolongation du confinement sans donner de date de sortie.

Confinement : la sortie sera lente et (très) progressive
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le Boston Consulting Group, un cabinet de conseil très influent, table sur un déconfinement en France vers "la mi-juin", voire "fin juillet". Un scénario plus pessimiste que celui des autorités françaises, qui ne donnent pas de date précise. Mercredi, le confinement a été prolongé au-delà du 15 avril, pour une durée indéterminée, a annoncé l'Elysée.

Dans une note confidentielle du 26 mars adressée à ses clients et relayée mardi par la 'Lettre A', le cabinet américain situe le pic de l'épidémie en France à la troisième semaine de mai, alors que les autorités sanitaires l'espèrent pour la mi-avril...

Le BCG a toutefois publié une mise au point mercredi, expliquant dans un communiqué que "le document de travail (...) a été diffusé publiquement sans contexte ni autorisation du BCG" et qu'il ne "représente pas la position officielle" de l'entreprise.

Le cabinet rappelle qu'il s'agit d'un document "datant d'il y a plus d'une semaine", "illustrant un scénario de progression du virus COVID-19" qui n'est qu'une hypothèse...

Données statistiques de l'Université Johns Hopkins

Le BCG se fonde sur les données statistiques récoltées par l'Université américaine Johns Hopkins (JHU) de Baltimore (Maryland), qui fait référence depuis le début de l'épidémie en Chine. La faculté de médecine du JHU, très renommée, publie une carte interactive sur la progression du coronavirus.

A partir de ces données, le BCG envisage deux scénarios possibles pour la gestion de l'après-crise du coronavirus en France. Le premier, considéré le plus "optimiste", stipule que la fin de la distanciation sociale surviendrait vers la mi-juin. Le second scénario, plus pessimiste, table sur "la fin juillet"...

Le BCG se montre toutefois prudent dans ses analyses, précisant que sa note à ses clients (entrepreneurs, décideurs, institutions...) ne saurait se substituer aux consignes officielles ni servir de recommandation...

Intervention télévisée d'Emmanuel Macron lundi

Débuté le 17 mars dernier, le confinement des Français, qui vise à ralentir la propagation du Covid-19, a désormais été prolongé au-delà du 15 avril pour une durée indéterminée, a annoncé mercredi soir l'Elysée.

Le Premier ministre Edouard Philippe avait clairement laissé entendre depuis la semaine dernière qu'il serait prolongé au-delà de cette date et que la sortie de confinement se ferait de manière progressive.

Le président Emmanuel Macron fera une intervention à la télévision et la radio lundi soir, a annoncé l'Elysée, le temps de consulter de nouveaux avis d'experts et de scientifiques...

Plusieurs pistes sur la table

Plusieurs scénarii sont actuellement à l'étude, sachant que les décisions du gouvernement seront prises en fonction de l'évolution de l'épidémie mais aussi de l'efficacité des tests qui commencent à arriver dans les laboratoires... Plusieurs sources évoquent ainsi une sortie du confinement courant mai d'une "grande région test" qui pourrait être le sud-ouest de la France, hors grandes villes. Plus faciles à réguler, certaines zones rurales pourraient ainsi devancer les régions à forte densité de population de plusieurs semaines dans le cadre d'une sortie de confinement progressive.

L'Académie nationale de médecine a de son côté dévoilé ses recommandations qui passent par un déconfinement différencié en fonction des régions et non pas par classe d'âge : il conviendrait ici de cibler les régions dans lesquelles "une décroissance nette du nombre des patients Covid-19 devant être hospitalisés et un retour des conditions de réanimation à l'état pré-épidémique sont observés". Par ailleurs, la circulation des personnes serait régulée d'une région à l'autre.

Reste que l'efficacité d'une méthode par classe d'âge serait plus efficace en matière sanitaire et économiquement plus pertinent. Selon l'entité française de conseil 'Public Health Expertise', un déconfinement reporté de trois mois ciblant les plus de 65 ans occasionnerait quasiment 10 fois moins de morts qu'une levée brutale du confinement...

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !