Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Comptes publics : les ménages ne seront pas la variable d'ajustement dit E. Philippe

Comptes publics : les ménages ne seront pas la variable d'ajustement dit E. Philippe

Lors de son discours de politique générale, le Premier ministre, Edouard Philippe, a promis que le rétablissement des comptes publics ne passerait pas par une hausse des prélèvements obligatoires...

Comptes publics : les ménages ne seront pas la variable d'ajustement dit E. Philippe
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors que la Cour des comptes a émis des doutes sur la capacité de la France à ramener son déficit sous le seuil des 3% du PIB fin 2017, le Premier ministre, Edouard Philippe a promis, ce mardi après-midi, lors de son discours de politique générale devant les députés, que l'objectif serait tenu...

Les contribuables ne trinqueront pas

Pour autant, "les contribuables ne seront pas la variable d'ajustement", a-t-il assuré... "Au contraire, les prélèvements obligatoires baisseront de 20 milliards d'euros d'ici 2022", a ajouté le Premier ministre. Parallèlement, la dépense publique sera stabilisée sur l'ensemble du quinquennat.

Afin de rétablir l'équilibre des comptes publics, trois leviers devront être actionnés, a fait valoir Edouard Philippe. "Il faudra d'abord stabiliser l'inflation de la masse salariale dans le secteur public, qui représente un quart des dépenses", a-t-il détaillé. Le Premier ministre entend également faire la chasse aux dépenses inutiles. "Aucune niche fiscale ne sera épargnée".

Enfin, le gouvernement repensera les politiques publiques pour davantage d'efficacité. Le Premier ministre a pris l'exemple des aides au logement, "gouffre financier" qui ne permettent pas pour autant de mieux lutter contre le mal logement...

Réforme de la taxe d'habitation, "d'ici la fin du quinquennat"

Du côté des mesures fiscales, Edouard Philippe a confirmé la transformation du CICE en baisses de charges durables dès le 1er janvier 2019. Le taux d'impôt sur les sociétés sera par ailleurs abaissé de 33% à 25% d'ici 2022. Le Premier ministre a également confirmé, en contrepartie, la hausse de la CSG dès 2018.

Enfin, l'exonération de taxe d'habitation pour 80% des ménages semble reporter. "La concertation sur la réforme va être engagée". "Elle doit contribuer à rendre du pouvoir d'achat à l'ensemble de nos concitoyens d'ici la fin du quinquennat", a expliqué le Premier ministre. Initialement, Emmanuel Macron prévoyait d'alléger la taxe en trois paliers dès l'an prochain jusqu'à un dégrèvement total en 2020 pour les foyers concernés...

©2017-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !