Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Commerces : non, le "Black Friday" ne sera pas interdit !

Commerces : non, le "Black Friday" ne sera pas interdit !

Le ministre de l'Economie veut permettre aux commerçants de "rattraper au maximum le chiffre d'affaires perdu" une fois le confinement levé.

Commerces : non, le 'Black Friday' ne sera pas interdit !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Bruno Le Maire est favorable à un assouplissement des horaires d'ouverture des commerces, notamment le dimanche, pour leur permettre de "rattraper au maximum le chiffre d'affaires perdu" une fois le confinement levé.

Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, a invité sur BFMTV les bailleurs à renoncer à leurs loyers de novembre pour les commerces, dont il a dit espérer la réouverture avant Noël. Il a aussi promis une "aide directe" de 500 euros dès janvier 2021 "aux commerçants qui souhaitent se digitaliser eux-mêmes".

Un "crève coeur"

La fermeture des commerces, dans le cadre du reconfinement, a été un "crève-coeur", mais "c'est la condition pour que nous puissions redémarrer sur les meilleures bases possibles", a-t-il assuré, tout en fustigeant les maires "irresponsables" qui ont pris des arrêtés leur permettant de rouvrir.

Interrogé sur la fermeture des rayons non-essentiels dans la grande distribution qui, selon les acteurs du secteur, va profiter aux géants de la vente en ligne, le ministre a assuré que le gouvernement n'avait pas le choix. "Si on avait pu l'éviter, croyez moi, on l'aurait fait !", a-t-il déclaré.

Le Black Friday en ligne de mire

Bruno Le Maire a expliqué ne pas avoir la possibilité d'interdire les promotions en ligne du Black Friday, comme l'ont suggéré certains commerçants. "Moi, j'invite les commerçants et les distributeurs à discuter entre eux pour voir quelles solutions ils veulent apporter, s'il faut le décaler, l'étaler".

"Les dispositions prises pour juguler la propagation du virus ne font qu'accroître la scandaleuse inégalité de traitement préexistante entre les commerçants physiques et les marchands du web, au péril des premiers et au profit exclusif des seconds", peut-on lire dans une tribune signée par quatre fédérations de commerçants, publiée ce week-end dans le 'Journal du dimanche'.

"Nous ne lâcherons rien sur la taxation des géants du numérique", a-t-il promis.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !