»
»
»
Consultation

Climat : les objectifs de l'Australie jugés peu ambitieux

Climat : les objectifs de l'Australie jugés peu ambitieux

A quelques mois de la conférence sur le climat organisée à Paris, l'Australie a annoncé ses objectifs de réduction d'émission de gaz à effet de serre... Insuffisant ?

Climat : les objectifs de l'Australie jugés peu ambitieux
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'Australie réduira ses émissions de gaz à effet de serre de 26 à 28% d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005, a déclaré le Premier ministre Tony Abott, selon les propos rapportés par Bloomberg mardi, à l'approche de la grande conférence sur le climat qui aura lieu à Paris à la fin de l'année. "Nous devons être responsables sur le plan environnemental, mais nous devons aussi l'être sur le plan économique", a annoncé le chef du gouvernement à des journalistes à Camberra...

Des efforts encore trop justes

Cet objectif est toutefois jugé insuffisant par de nombreux observateurs. L'autorité australienne avait ainsi recommandé en juillet une réduction de 40 à 60% d'ici 2030, par rapport au niveau de l'année 2000. Les groupes de défense de l'environnement et l'opposition pointent du doigt le manque d'ambition de l'Australie par rapport à d'autres pays. Selon Bloomberg New Energy Finance, le pays est notamment en retard sur les Etats-Unis et l'Union européenne, à un peu plus de 100 jours de la COP21, même s'il fait mieux que le Japon, la Corée du Sud et le Canada.

Outre-Atlantique, Barack Obama a fait de la lutte contre le réchauffement climatique l'une des priorités de la fin de son mandat. Le président américain a présenté un plan pour le climat début août, visant à réduire de 32% à l'horizon 2030, les émissions de CO2 provenant du secteur de la production d'électricité.

La COP21 : le rendez-vous de la fin d'année

L'Australie a pourtant un rôle de premier plan à jouer : il s'agit du premier exportateur mondial de charbon et de minerai de fer. Le pays est ainsi l'un des plus gros émetteurs de carbone par habitant. Pourtant, le gouvernement a supprimé l'an dernier une taxe sur le carbone et a fortement critiqué les parcs éoliens, souligne Bloomberg.

Rappelons que du 30 novembre au 11 décembre prochain, près de 40.000 représentants de pays, observateurs et membres de la société civile se réuniront à Paris afin "d'aboutir à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique". Ce compromis comprendra notamment l'objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2 degrés...

©2015-2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com