Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Climat : la COP25 de Madrid face à des défis pressants

Climat : la COP25 de Madrid face à des défis pressants

"Nous sommes maintenant confrontés à une crise climatique globale", a souligné António Guterres, secrétaire général de l'Onu. 196 pays vont discuter des mesures nécessaires pour limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 oC

Climat : la COP25 de Madrid face à des défis pressants
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le coup d'envoi de la 25ème conférence des Nations Unies sur le climat (COP25) a été donné lundi à Madrid pour deux semaines. Les discussions ont débuté dans un contexte marqué notamment par la multiplication des feux de forêts de l'Arctique à Australie, en passant par l'Amazonie et des catastrophes météorologiques.

Pour Michal Kurtyka, ministre polonais du Climat qui a dirigé la COP24 de Katowice, en décembre dernier, les jeunes générations ont pris conscience de l'urgence de la situation. "Peut-être le monde n'évolue-t-il pas encore au rythme que nous souhaitons, mais les jeunes me donnent bon espoir", a-t-il déclaré lors de la cérémonie d'ouverture. "Ils ont le courage de prendre la parole et de nous rappeler que cette planète nous a été léguée par nos parents et que nous devrons nous aussi la léguer aux générations futures."

"Une crise climatique globale"

La conférence devait avoir lieu au Chili, mais Santiago a renoncé à son organisation en raison d'une grave crise sociale. Elle doit permettre de prendre les dernières mesures nécessaires au respect des engagements pris à Paris en 2015. L'accord, censé maintenir l'augmentation moyenne de la température mondiale aussi près que possible de 1,5 oC, entrera dans une phase décisive l'année prochaine.

"Nous sommes maintenant confrontés à une crise climatique globale", a souligné dimanche António Guterres, secrétaire général de l'Onu, lors de la conférence de presse organisée à Madrid à la veille de l'ouverture de la COP25.

Point de non retour

"Le point de non-retour n'est plus à l'horizon. Il est en vue et fonce vers nous. Notre guerre contre la nature doit cesser. Et nous savons que c'est possible", a-t-il poursuivi, ajoutant que la communauté scientifique avait fourni toutes les données nécessaires pour y parvenir. Le secrétaire général de l'ONU a ajouté que jusqu'à présent, les engagements de la communauté internationale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ont été "totalement insuffisants".

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), l'humanité doit atteindre la neutralité en carbone d'ici 2050 et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45% par rapport aux niveaux de 2010 d'ici 2030.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com