»
»
»
Consultation

Chômage, retraite, impôts : l'"Acte II" lancé par Edouard Philippe !

Chômage, retraite, impôts : l'"Acte II" lancé par Edouard Philippe !

Par 363 voix contre 163, l'Assemblée nationale a voté mercredi la confiance au Premier ministre. Il a placé l'"Acte II" du quinquennat sous le signe de l'urgence à réformer, tout en changeant de méthode...

Chômage, retraite, impôts : l''Acte II' lancé par Edouard Philippe !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'Assemblée nationale a voté mercredi la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe par 363 voix contre 163, lançant ainsi l'"Acte II" du quinquennat d'Emmanuel Macron, dans la foulée des élections européennes, où le parti présidentiel LREM est arrivé second, à un point du RN.

Le Premier ministre a placé la suite de ce quinquennat sous le signe de l'urgence à agir. Sans citer le mouvement social des Gilets jaunes, il a évoqué un "profond changement de méthode, mais qui va de pair avec deux impératifs : la constance et la cohérence".

La veille, Emmanuel Macron s'était engagé à "plus d'humanité et plus de proximité" dans l'acte II de son quinquennat et avait promis une "accélération" aux niveaux environnemental et social sans rien abandonner des objectifs économiques.

Urgence économique, sociale et écologique

"Voilà deux ans maintenant que nous gouvernons et il y a toujours urgence", a dit Edouard Philippe lors de son second discours de politique générale devant les députés. Le chef du gouvernement a cité l'"urgence économique", l'"urgence sociale" et l'"urgence écologique", face auxquelles le "vieux clivage" gauche-droite serait selon lui inopérant.

"C'est l''acte II' du quinquennat. Une nouvelle étape qui marque une césure, à travers un profond changement de méthode, mais qui va de pair avec deux impératifs : la constance et la cohérence", a-t-il ajouté. "Notre pays a besoin de se transformer. Notre ennemi, ce n'est pas le mouvement, c'est le statu quo."

La première tranche d'IR ramenée de 14% à 11% en 2020

Sur le plan fiscal, Edouard Philippe a confirmé que le taux de la première tranche du barème d'imposition à l'Impôt sur le revenu (IR) baissera de 3 points en 2020, passant de 14% à 11%. Il a réaffirmé l'objectif du gouvernement déjà évoqué le mois dernier : réduire de 350 euros en moyenne l'imposition des foyers de la première tranche et baisser de 180 euros celui des ménages de la tranche suivante (à 30%). Cette réforme fera baisser de 5 MdsE le poids de l'IR pour les ménages, en privilégiant les plus modestes.

Cette baisse sera notamment financée par une révision de niches fiscales anti-écologiques, concentrées sur les très grandes entreprises ou réduisant des droits sociaux, qui sera présentée en juillet, a-t-il expliqué.

Edouard Philippe a en outre confirmé que la taxe d'habitation serait supprimée pour tous les Français. La suppression de la taxe d'habitation pour les 20% de Français les plus aisés se ferait ainsi en trois temps, entre 2021 et 2023.

Bonus-malus sur les contrats courts

Autre confirmation : les nouvelles règles de l'assurance chômage, présentées mardi, créeront un bonus-malus pour limiter le recours aux contrats courts dans les cinq à dix secteurs qui les utilisent le plus, une mesure rejetée par le patronat. Une autre mesure sera prise pour limiter les CDD "d'usage", particulièrement flexibles.

Les allocations chômage seront en revanche diminuées pour ceux dont les salaires sont les plus élevés, une mesure à laquelle l'ensemble des syndicats est opposé.

Incitations à travailler plus longtemps

Au sujet de la réforme des retraites, le Premier ministre a une nouvelle fois confirmé le maintien de l'âge légal à 62 ans "mais nous définirons un âge d'équilibre et des incitations à travailler plus longtemps. Ainsi, chacun pourra faire son choix, en liberté et en responsabilité".

Selon des informations de presse publiées le 7 mai, le gouvernement aurait décidé de fixer à 64 ans l'âge qui permettra de partir à la retraite à "taux plein" dans le futur régime universel à points, qui doit entrer en vigueur en 2025. Selon ces sources, le gouvernement introduirait un mécanisme de décote-surcote autour de cette borne d'âge pour que les affiliés partent en moyenne à 64 ans. Ils pourront donc toujours partir à 62 ans, qui restera l'âge légal, mais leur pension subira une décote...

Remise à plat des aides à la rénovation énergétique

Par ailleurs, le chef du gouvernement a insisté que la défense de l'environnement, en promettant que "ces douze prochains mois seront ceux de l'accélération écologique".

"Nous remettrons totalement à plat les aides à la rénovation énergétique", en transformant en particulier le crédit d'impôt de transition énergétique en "une aide plus massive, versée en faveur de ceux qui en ont le plus besoin", a-t-il dit.

Il a en outre invité les députés à proposer des solutions pour venir à bout des logements "passoires thermiques", en mobilisant des financements publics et privés, et fixé des objectifs élevés sur la lutte contre le gaspillage et l'utilisation du plastique...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com