»
»
»
Consultation

Chômage : "On s'oriente vers une situation de stabilisation" (Sapin)

Chômage : "On s'oriente vers une situation de stabilisation" (Sapin)

Une société comme la nôtre ne se réforme pas par le bulldozer ni à coup de diktat"..

Chômage : 'On s'oriente vers une situation de stabilisation' (Sapin)
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Alors que les chiffres du chômage pour décembre et l'année 2013 doivent être communiqués lundi après-midi, Michel Sapin s'exprimait aujourd'hui face au Grand Jury Europe 1/ Le Monde/ iTélévision. Le Ministre du travail de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social s'est refusé à divulguer en primeur ces données. "Vous n'aurez aucune information sur ces chiffres", a-t-il indiqué avant de dresser une barrière de défense de la politique gouvernementale de l'emploi : "Je remarque, sur la base chiffres déjà connus et déjà commentés, que l'année 2013 aura été une année de bataille menée avec efficacité contre la montée du chômage".

"On s'oriente vers une situation de stabilisation"

Le Ministre a cependant dévoilé une orientation de tendance séquentielle... "Au 1er trimestre 2013, il y avait plus de 30.000 chômeurs supplémentaires par mois. Ce n'était pas les records que l'on avait pu connaître sous la période de Nicolas Sarkozy ; on était à 70.000 chômeurs par mois. 30.000 c'est énorme ! C'est beaucoup trop ! Au 2e trimestre, il y avait 18.000 chômeurs de plus par mois ; au 3e trimestre, il y avait 5.500 chômeurs de plus par mois. Compte tenu des chiffres des deux premiers mois de l'année dernière, on s'oriente vers une situation de stabilisation. C'est déjà considérable !", s'est satisfait Michel Sapin.

"Le résultat d'une politique volontaire"

Après avoir estimé qu'un niveau de chômage atteignant 25% chez les moins de 25 ans est "insupportable", Michel Sapin a défendu la politique de François Hollande en matière d'emploi jeunes. Le Ministre du travail a rappelé : "La priorité du Président de la République depuis le début, c'est la jeunesse. La priorité des priorités est de faire reculer le chômage des jeunes. Depuis 8 mois, le chômage des jeunes recule ! (...) C'est le résultat d'une politique volontaire". Le Ministre assure que l'orientation politique actuelle du Gouvernement, notamment les emplois aidés, a pour "effet de faire reculer le chômage des jeunes depuis 8 mois".

Le retour de la croissance en 2014 ?

Michel Sapin a cependant plaidé pour que l'économie et les entreprises prennent le relais des emplois aidés. Après avoir activé les moteurs de la politique de l'emploi en 2012 et 2013, le Gouvernement espère relancer le moteur de l'activité économique. "Le bateau France sera sauvé quand il aura pris la vitesse suffisante pour que la croissance reprenne", a estimé Michel Sapin qui attend cette reprise de "croissance au cours de l'année 2014". Le Ministre évoque le chiffre d'une croissance française de l'ordre de 1% en 2014. Aux détracteurs qui se plaindraient des lenteurs de mise en place des réformes, Michel Sapin rétorque : "Une société comme la nôtre ne se réforme pas par le bulldozer ni à coup de diktat. Elle se réforme parce que l'on met tout le monde dans le même mouvement".

Et vogue la galère ?

Une nouvelle fois, Michel Sapin n'a d'ailleurs pas manqué de tacler ses prédécesseurs dressant en termes maritimes un état des lieux sinistre de la France léguée par ses prédécesseurs. "La France coulait lorsque nous sommes arrivés. Les déficits budgétaires et l'endettement de la France étaient des voies d'eau énormes. Il y avait une voie d'eau énorme de croissance 0 ou moins quelque chose. La France n'avait pas encore retrouvé le niveau d'avant 2008 en terme de richesse. La France perdait de sa richesse. Il y avait une voie d'eau énorme avec une reprise du chômage absolument considérable. Alors, quand vous avez un bateau qui prend l'eau, vous commencez par colmater les brèches. Nous avons colmaté les brèches en 2012 et en 2013. A la fin de l'année 2013 et au 2e semestre 2013, le bateau s'est remis en marche. (...) Aujourd'hui, l'enjeu c'est que ce bateau qui avance trop lentement, avance plus vite". Sur le plan fiscal, le Ministre du Travail a d'ailleurs précisé : "Les augmentations d'impôts ont été très fortes avec la droite ; elles ont été fortes avec nous. C'est terminé..."

Moody's en question

Evoquant les craintes formulées par Moody's quant l'efficacité des réformes politiques et économiques menées par la France, Michel Sapin ne cautionne pas et se fait... pédagogue envers l'agence de notation : "Je voudrais que Moody's, comme beaucoup d'autres, modifie son langage, parce que la loi a changé. Il y a des modifications dans le domaine du marché du travail, suite à un accord extrêmement important avec les partenaires sociaux, du côté syndical et patronal. Je dis à Moody's, comme à d'autres, qu'il faut regarder les choses en face, non pas regarder à l'instant T, mais regarder le mouvement. Qu'est-ce qui se passe dans la société française ? Dans les entreprises françaises aujourd'hui, il y a des difficultés qui la plupart du temps sont abordées par des négociations et sont résolues par un accord qui permet de faire en sorte que la réaction première ne soit pas le licenciement".

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com