»
»
»
Consultation

Chine : l'économie multiplie les signes de faiblesse

Chine : l'économie multiplie les signes de faiblesse

La croissance chinois a ralenti au 3ème trimestre, et les signes inquiétants se multiplient ces derniers jours en provenance de la deuxième économie mondiale. Un coup de mou qui coïncide avec les tensions commerciales entre Pékin et Washington.

Chine : l'économie multiplie les signes de faiblesse
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les Bourses mondiales ont subi un nouveau coup de froid vendredi, après une série d'informations en provenance de Chine, qui semblent confirmer que la 2ème économie mondiale traverse un passage à vide, qui pourrait se propager à l'économie mondiale s'il s'aggravait...

Ainsi, dès la matinée de vendredi, les Bourses asiatiques ont nettement baissé (-2,4% pour le Hang Seng à Hong Kong, -1,4% pour le CSI 300 à Shanghai, -1% pour le Nikkei à Tokyo). Les Bourses européennes ont fini la semaine en baisse plus modérée (-0,25% pour l'EuroStoxx 50), tandis que Wall Street a subi un recul plus prononcé (-0,77% pour le Dow Jones, -1,65% pour le Nasdaq).

Des "pressions négatives" relevées par la banque centrale chinoise

Parmi les informations inquiétantes en provenance de Chine, le marché automobile a connu un gros "coup de froid" en octobre, avec une chute des ventes pour le 4ème mois consécutif... Les achats de SUV, berlines et minivans ont ainsi reculé de 13% sur un an, revenant à un peu plus de 2 millions d'unités, a annoncé vendredi l'association chinoises des constructeurs automobiles.

Par ailleurs, l'agence 'Reuters' a rapporté que la banque centrale chinoise (PBOC) s'est inquiétée dans un récent rapport des "pressions négatives" actuellement à l'oeuvre sur l'économie chinoise. Pour soutenir l'activité, Pékin prévoit ainsi de fixer des quotas aux banques pour les inciter à accroître leurs crédits aux compagnies privées chinoises de taille moyenne.

Rencontre cruciale Xi-Trump fin novembre

Ces signes de ralentissement en Chine interviennent sur fond de tensions commerciales avec Washington. Les Etats-Unis ont déjà instauré des taxes d'importation sur près de la moitié des exportations chinoises vers les Etats-Unis. Donald Trump doit rencontrer son homologue chinois Xi Jinping à la fin du mois, en marge du sommet du G20 en Argentine, en vue de trouver un accord pour rééquilibrer la balance commerciale, qui penche nettement en faveur de Pékin.

En cas d'échec des négociations, l'administration Trump a prévu de relever de 10% à 25% les taxes déjà imposées à 200 milliards de biens chinois importés, et menace également de taxer les quelque 257 Mds$ de marchandises chinoises qu'elle n'a pas encore pénalisées. Cela aboutirait à taxer la totalité des importations chinoises, une situation qui pourrait contribuer à faire ralentir davantage la croissance chinoise, et par ricochet la croissance mondiale...

Un système financier plombé par une dette colossale

La hausse du PIB de la deuxième économie mondiale a d'ores et déjà ralenti au 3ème trimestre à 6,5% en rythme annuel, sa plus faible progression depuis la crise financière des crédits "subprimes".

Selon les économistes, les problèmes de la Chine vont cependant bien au-delà des querelles commerciales. Son économie est en effet plombée par une dette colossale, ainsi qu'une bulle immobilière et une monnaie affaiblie... Le yuan a perdu 9% de sa valeur depuis le début de l'année face au dollar, ce qui exacerbe les tensions commerciales et traduit une fuite des capitaux que le gouvernement chinois voit d'un mauvais oeil. Quant aux prix de l'immobilier, ils ont plus que doublé en 10 ans, profitant de taux très bas et d'achats spéculatifs, atteignant un niveau que les experts jugent désormais excessif.

Plusieurs fois le PIB...

Depuis la crise financière de 2008, la Chine a soutenu son économie en injectant des centaines de milliards dans le système bancaire sous forme de crédits, dont une partie seulement a financé des investissements productifs et des infrastructures indispensables au pays. Les économistes estiment que la dette totale du système financier chinois dépasse plusieurs fois le PIB du pays...

Conscientes du problème, les autorités chinoises ont entrepris depuis un an de refermer quelque peu ce robinet du crédit, ce qui a contribué au ralentissement de la croissance. Xi Jinping affiche sa volonté de piloter son pays vers une croissance plus qualitative, tirée par la consommation intérieure et plus uniquement par les exportations. Cette mutation en profondeur s'inscrit sur le long terme et promet de connaître des turbulences avant de se matérialiser...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com