»
»
»
Consultation

"Charlie Hebdo" : le CSA va analyser la couverture médiatique des attentats

"Charlie Hebdo" : le CSA va analyser la couverture médiatique des attentats

Le Conseil va analyser le comportement des radios et chaînes d'information en continu, durant les évènements des derniers jours.

'Charlie Hebdo' : le CSA va analyser la couverture médiatique des attentats
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les médias ont-ils commis des manquements lors de la couverture des faits tragiques de ces derniers jours (fusillade à Charlie Hebdo, traque des tueurs, prises d'otages...) ? Pour tenter d'y répondre, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a mis en place un suivi du traitement : "Il examine, dans le cadre de ses pouvoirs de contrôle, contradictoirement, les manquements qu'auraient pu commettre certains de ces médias", précise-t-il. Le CSA a aussi "décidé de convier les télévisions et les radios assurant une fonction d'information à une réflexion commune sur les questions et les difficultés qui ont pu être soulevées par l'accomplissement de leur mission".

Pas de recul suffisant

Vendredi, alors que deux prises d'otages étaient encore en cours, l'une à à Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne, l'autre dans un supermarché casher de la porte de Vincennes, dans le XIIe arrondissement de Paris, le CSA avait appelé les médias au "plus grand discernement". Au lendemain de ces évènements, les voix s'élèvent pour dénoncer "la traque médiatique" de certains... "Cette couverture de l'actualité a par moments donné à l'événement les allures d'un film d'action ou d'un jeu vidéo, créant une fascination malsaine", écrit Dominique Quinio dans 'La Croix'.

Pour le sociologue des médias, François Jost, interrogé par '20 minutes', montrer en direct cette chasse à l'homme aurait pu entraver l'action des forces de l'ordre, télévisions et radios retransmettant les faits en direct, sans le recul nécessaire. "Je suis également très gêné par les experts, invités à livrer leur analyse de la situation sur les plateaux télévisés. Ce sont souvent des anciens membres des groupes d'intervention de la police ou de la gendarmerie (GIPN, GIGN, Raid), qui donnent en direct des informations (...) qui, en plus d'être écoutées par les téléspectateurs, peuvent l'être par les criminels eux-mêmes", ajoute-t-il.

Des records d'audience

Vendredi, Alain Weill, patron du groupe NextRadioTV - auquel appartient BFM Télé - avait "retweeté" sur le réseau social un message indiquant que la chaîne d'informations en continu avait réalisé des audiences records jeudi, au lendemain de l'attentat à la rédaction de "Charlie Hebdo", avec 10,7% de parts d'audience. Alain Weill l'a finalement retiré, reconnaissant "une maladresse dans l'effervescence de l'actualité"...

©2015-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com