»
»
»
Consultation

Carburants : les prix reculent à la pompe grâce au reflux des cours du pétrole

Carburants : les prix reculent à la pompe grâce au reflux des cours du pétrole

En pleine crise des "Gilets jaunes", les prix des carburants à la pompe ont reculé de 7 à 11 centimes par litre depuis 6 semaines. Ils restent cependant en hausse sur un an sous l'effet des taxes, qui représentent environ 60% des prix...

Carburants : les prix reculent à la pompe grâce au reflux des cours du pétrole

(Boursier.com) — Alors que la contestation sociale des "Gilets jaunes" contre les taxes sur les carburants occupe l'actualité française depuis 5 jours, la chute des cours du pétrole brut s'est accélérée sur les marchés internationaux ces dernières semaines, et s'est répercutée en partie sur les prix à la pompe dans l'hexagone.

Ainsi, depuis leur plus haut annuel inscrit début octobre, les prix des carburants ont reculé de 7 centimes pour le gazole, et de plus de 11 centimes pour l'essence sans plomb SP-95, selon les statistiques publiées sur le site du ministère de la Transition écologique...

Le cours du pétrole ne représentent qu'un quart du prix des carburants

Rappelons que le prix du pétrole n'entre que pour environ un quart (25%) dans la formation du prix des carburants, le solde étant composé pour environ 60% de plusieurs taxes, et pour environ 15% de la marge bénéficiaire des groupes pétroliers et des distributeurs.

Les prix des carburants avaient atteint des sommets annuels vers le 10 octobre dernier, au moment où les cours du pétrole étaient encore proches de leurs plus hauts niveaux depuis 4 ans sur les marchés internationaux. Le prix du gazole avait alors culminé à près de 1,55 euro en moyenne (un record historique) contre 1,3935 euro au 1er janvier (+11%) et 1,2463 euro un an plus tôt (+24%).

Le litre d'essence SP-95 avait de son côté dépassé 1,57 euro le 12 octobre, contre 1,4682 euro début janvier (+7%) et environ 1,36 euro un an plus tôt (+15,4%).

-7 centimes pour le gazole, -11 centimes pour le SP-95

Toutefois, près de six semaines plus tard, ce 21 novembre, les cours du pétrole ont plongé de plus de 25%, et cette baisse a donc été partiellement répercutée sur les prix à la pompe dans l'hexagone. Le cours du baril de Brent de la Mer du Nord valait 63,92$ ce mercredi, contre plus de 86$ le 3 octobre dernier.

En fin de semaine dernière, le litre de gazole coûtait ainsi en moyenne 1,4655 euro, en baisse de 1,85 centime en une semaine, et de près de 7 centimes par rapport à son pic de début octobre (-4,5%). Le SP-95 est redescendu à 1,4592 euro, soit un recul de près de 11,4 centimes (-7,2%) par rapport à son pic de début octobre.

Depuis le début de l'année, les deux variétés de carburant restent toutefois en hausse de 5,1% pour le gazole et de 6% pour le SP-95.

Une hausse de la "taxe carbone" échelonnée jusqu'en 2022

Face à la grogne des automobilistes contre les taxes sur les carburants, le gouvernement maintient le cap de la mise en place de la fiscalité verte, qui a été initiée en 2015, avec l'adoption de la loi de Transition écologique, sous le quinquennat de François Hollande.

Le projet vise à réduire progressivement l'avantage compétitif de prix dont bénéfice le gazole, dont l'effet nocif sur la santé est désormais prouvé. L'objectif de long terme étant de favoriser une transition vers des véhicules moins polluants, tels que les véhicules électriques et hybrides.

C'est donc la loi de Transition écologique qui a introduit une composante carbone dans la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), la principale taxe qui frappe les carburants. Après l'élection d'Emmanuel Macron, la mise en place de cette "fiscalité verte" a été confirmée, avec un calendrier, échelonné jusqu'en 2022, de relèvement progressif de la taxe carbone sur les produits énergétiques (les carburants, mais aussi le gaz, et le fioul domestique) en fonction de leur taux d'émission de CO2.

Ainsi, début 2019, les taxes sur le diesel augmenteront de 6,5 centimes d'euro par litre et celles sur l'essence progresseront de 2,9 centimes. Des augmentations similaires interviendront en 2020 et 2021, puis en 2022, le relèvement sera de 3,3 centimes par litre pour le diesel, et de 2,9 centimes pour l'essence...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com