Bureaux en Île-de-France : au-delà de la crise...

Bureaux en Île-de-France : au-delà de la crise...

Marché locatif Bureaux : une demande placée qui atteint 1,2 million de m(2) en Ile-de-France à la fin du 3eme trimestre...

Bureaux en Île-de-France : au-delà de la crise...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La demande placée de bureaux en Île-de-France a atteint 1.208.900 m(2) sur les 9 premiers mois de l'année 2021, en rebond de 32% sur un an, mais reste en deçà de sa moyenne long terme (-25%). Le marché des grandes surfaces (plus de 5.000 m(2)) confirme ainsi son sursaut, totalisant 340.000 m(2) pour 36 transactions (vs 15 transactions un an auparavant). A noter, parmi les transactions significatives, la prise à bail par Sagemcom de 19.500 m(2) de bureaux dans l'immeuble Alphabet à Bois-Colombes.

De son côté, le créneau des petites et moyennes surfaces (moins de 5.000 m(2)) se caractérise par une résilience accrue avec 868.000 m(2) placés, en retrait de seulement -12% sur la moyenne long terme, analyse Éric Siesse, Directeur Général Adjoint en charge du pôle Bureaux Location Île-de-France de BNP Paribas Real Estate Transaction France. Par secteur géographique, le Quartier Central des Affaires (QCA) de Paris affiche une belle dynamique (275.000 m(2)), retrouvant ainsi sa moyenne sur 10 ans.

Même tendance à La Défense avec un volume global de 117.000 m(2) après 9 mois. A l'inverse, les 1ères Couronnes affichent un volume de transactions toujours bien en deçà de sa moyenne long terme (-43%). Enfin, le Croissant Ouest se situe dans l'entre deux, avec un rebond significatif sur un an (+94%) mais toujours en retrait sur 10 ans (-23%).

Une reprise graduelle des projets immobiliers

Les perspectives économiques en France restent positives pour les deux prochaines années (+6,3% et +4,3% de croissance du PIB sont attendus pour 2021 et 2022). Dans ces conditions, une remontée progressive de l'emploi est anticipée par les économistes de BNP Paribas.

Côté immobilier, "après un certain attentisme, une reprise graduelle des projets immobiliers selon la typologie et la taille des utilisateurs s'est bel et bien amorcée afin de répondre aux nombreux enjeux des directions générales. Au final, le volume des transactions pourrait dépasser les 1,7 million de m(2) placés sur l'ensemble de l'année 2021 puis retrouver le seuil symbolique des 2 millions de m(2) à horizon 2022", précise Éric Siesse.

Investissement : un volume de plus de 15 milliards d'euros depuis le début de l'année

"Les volumes investis en immobilier d'entreprise en France affichent un niveau honorable dans le contexte actuel avec 15,2 milliards d'euros engagés sur les 9 premiers mois de l'année 2021 (-17% sur un an)", précise Olivier Ambrosiali, Directeur Général Adjoint, en charge du pôle Vente et Investissement de BNP Paribas Real Estate Transaction France. Cette contre-performance s'explique notamment par la très forte baisse des transactions unitaires de plus de 100 millions d'euros avec seulement 32 opérations recensées depuis le début de l'année contre 47 sur la même période de l'année 2020.

"Si le bureau reste, toujours et de loin, la classe d'actif la plus plébiscitée par les investisseurs avec près de 9 milliards d'euros investis depuis le début de l'année, on note un ralentissement plus marqué (-24% sur un an). A l'inverse, le segment de la logistique et des locaux d'activité continue d'afficher une belle dynamique avec 3,4 milliards d'euros engagés (+30% sur un an). Après plusieurs trimestres au ralenti, les commerces et les services marquent un net rebond avec des volumes respectifs de 1,8 milliard d'euros et 939 millions d'euros, sans toutefois retrouver les niveaux des précédentes années", constate Olivier Ambrosiali.

Aversion au risque

Preuve de l'aversion au risque de nombreux investisseurs, les taux de rendement "prime" ont peu évolué durant les trois derniers mois de l'année, se situant respectivement à 3,15% pour le commerce et 2,70% pour le bureau. Seul la logistique connait une nouvelle baisse de son taux prime pour atteindre 3,5% au 1er octobre...

"Au cours des prochaines semaines, les taux prime pourraient, de nouveau, connaitre de nouvelles compressions, tout particulièrement sur le marché de la logistique... De son côté, malgré une accélération traditionnelle des cessions au cours du 4ème trimestre, les volumes investis en immobilier d'entreprise devraient connaitre en 2021 une baisse de l'ordre de -10% comparativement à 2020, retrouvant ainsi un niveau plus en adéquation avec sa moyenne long terme", anticipe O. Ambrosiali.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !