Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Budget de l'Elysée : un rapport sénatorial dénonce la hausse des dépenses en 2020

Budget de l'Elysée : un rapport sénatorial dénonce la hausse des dépenses en 2020

Dans un rapport sur les pouvoirs publics, le sénateur PS Jean-Pierre Sueur a alerté sur la hausse du train de vie à l'Elysée, qui devra puiser près de 4 millions d'euros dans ses réserves pour boucler son budget.

Budget de l'Elysée : un rapport sénatorial dénonce la hausse des dépenses en 2020
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les dépenses de l'Élysée devraient de nouveau augmenter en 2020... Alors que le projet de loi de finances pour l'année 2020 est en cours d'examen, le sénateur PS du Loiret Jean-Pierre Sueur a dénoncé la hausse des dépenses du palais présidentiel dans un rapport sur la mission "pouvoirs publics" dont il est chargé. Selon lui, l'Elysée devra en effet piocher dans ses réserves pour boucler son budget.

"La dotation allouée pour 2020 à la présidence de la République sera de nouveau augmentée à 105,3 millions contre 103 millions d'euros en 2019 (+2,25%)", soit une hausse d'environ 2,3 millions d'euros, peut-on lire dans le rapport.

Or, les dépenses du palais présidentiel augmentent plus nettement puisque dans les prochains mois, elles devraient passer "de 106.780.000 euros à 110.516.000 euros" en 2020, soit une hausse de 3,7 millions d'euros.

"Dès qu'Emmanuel Macron arrive, ça augmente"

Ainsi, pour combler cette différence, la présidence de la République sera contrainte de prélever dans ses propres réserves, alors qu'en 2018, 5,6 millions d'euros sur les 17,1 millions d'euros disponibles avaient été dépensés.

"Sous François Hollande, la dotation de l'Etat était passée à 100 millions d'euros en 2015, 2016 et 2017. Et dès qu'Emmanuel Macron arrive, ça augmente. Et là, à nouveau", a affirmé Jean-Pierre Sueur à 'Public Sénat'.

Des frais de déplacements non maîtrisés

Le sénateur pointe notamment du doigt la hausse des frais liés aux déplacements d'Emmanuel Macron et ses collaborateurs. "Après avoir connu une diminution régulière de 2012 à 2018, passant de 19,4 millions d'euros à 14,3 millions d'euros en loi de finances initiale", les crédits budgétés vont grimper en 2020 à environ 15,7 millions d'euros en crédits de paiements, selon le rapport.

Cette augmentation paraît injustifiée d'après Jean-Pierre Sueur, qui rappelle que l'actualité internationale prévisible pour 2020 n'est pas "notablement plus conséquente" que lors des cinq années précédentes. "Il aurait pu être opportun de maîtriser davantage les coûts occasionnés en la matière", a-t-il jugé.

"Le recours privilégié à l'A330 plutôt qu'au Falcon"

Ainsi, pour le sénateur PS, la seule justification à cette hausse réside dans le fait que l'engagement de l'Elysée à privilégier, lorsqu'il est possible, le transport terrestre et à contenir les frais de transports aériens, n'est pas tenu. Le rapport rappelle que ces frais représentent 60% du coût total des déplacements de la présidence de la République, qui a un recours privilégié à l'A330 "plutôt qu'au Falcon".

Début octobre, l'Elysée avait expliqué au 'Parisien' que la hausse de ses dépenses globales était liée à "un mouvement de ligne budgétaire". La ligne budgétaire de 1,7 million d'euros attribuée à la sécurité présidentielle, qui était auparavant prise en charge par le ministère de l'Intérieur, a été déplacée dans le frais de fonctionnement de l'Elysée "pour plus de cohérence".

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com