Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Bruno Le Maire dit "non" à toute augmentation des impôts

Bruno Le Maire dit "non" à toute augmentation des impôts

Le ministre des Finances estime qu'il est impossible de toucher aux taxes ou aux niches fiscales, alors que c'est justement la hausse des impôts qui a fait germer la crise des "Gilets jaunes"...

Bruno Le Maire dit 'non' à toute augmentation des impôts
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire est opposé à toute augmentation des impôts et la suppression de niches fiscales - cette solution a été évoquée par le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin. "Vous me demandez quelle est la ligne rouge du ministre des Finances, elle est très claire : c'est l'augmentation des impôts ou la création de nouvelles taxes", a-t-il dit sur RTL en faisant valoir que la crise des "Gilets jaunes" était née d'une hausse de la fiscalité (sur la taxe carbone, NDLR).

"On ne peut pas avoir un mouvement qui est né (...) de l'augmentation des impôts et des taxes et qui se solde par une augmentation des impôts ou par la création de nouvelles taxes. Il me semble que la vraie ligne rouge, c'est l'augmentation des impôts", a-t-il ajouté...

Pas touche aux niches fiscales !

Il s'est dit en conséquence "totalement opposé" à la suppression des dispositions fiscales permettant d'en payer moins, les "niches fiscales"... Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin avait pourtant proposé d'en moduler certaines en fonction des revenus.

Bruno Le Maire a fait valoir que les niches fiscales étaient un soutien à l'emploi notamment pour les personnes devant faire garder leurs enfants pour pouvoir travailler "dans des conditions acceptables".

"Les emplois à domicile, ce sont des centaines de milliers d'emplois sur notre territoire (...). Ne touchons pas à ce qui marche dans notre pays", a-t-il dit. Le ministère des Finances travaille sur le volet fiscalité du "Grand débat", a-t-il ajouté. "Nous travaillons sur toutes les propositions faire par les Français (...). Ensuite, le président de la République tranchera".

Des "pépites"...

Selon le ministre, certaines "pépites" ont émergé du débat et méritent d'être étudiées, notamment l'idée d'une patronne d'entreprise des Alpes maritimes, qui propose de cumuler indemnisation du chômage et régime de la formation en alternance pour permettre l'embauche des salariés de plus de 50 ans se retrouvant au chômage...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com