»
»
»
Consultation

Brexit : vers un afflux de sociétés financières en zone euro ?

Brexit : vers un afflux de sociétés financières en zone euro ?

Christine Lagarde a invité les pays de la zone euro à s'attendre à un afflux de banques et sociétés financières après le Brexit. Selon la patronne du FMI, la zone euro doit se préparer en termes de régulation et de supervision...

Brexit : vers un afflux de sociétés financières en zone euro ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, en est convaincue... Quelles que soient les modalités du Brexit, celui-ci se traduira par un afflux de banques et de société financières quittant le Royaume-Uni pour s'implanter dans la zone euro...

Fin du "passeport européen"

Or, a noté lundi la patronne du FMI lors d'une conférence à Dublin, la zone euro n'est pas forcément prête en termes de régulation et de supervision pour cet afflux massif d'entreprises financières. "Il est crucial de faire en sorte que tout soit prêt en termes de régulation et de supervision pour l'arrivée massive d'entreprises financières qui finiront par déménager de l'endroit où elles sont à l'heure actuelle pour l'Europe continentale, et l'Irlande", a ainsi déclaré Christine Lagarde.

Le Brexit , qui deviendra effectif dans 9 mois, met fin au "passeport européen", qui permettait aux entreprises financières basées à Londres de proposer leurs services dans toute l'UE. Pour y remédier, Londres tente d'inclure les services financiers dans les négociation en cours en vue d'un accord global de libre-échange, mais Bruxelles s'y oppose pour l'instant.

Une préparation "inadéquate", selon le régulateur bancaire européen

La Banque d'Angleterre a estimé dans un rapport que 10.000 emplois dans les services financiers pourraient être relocalisés au premier jour du Brexit.

Lundi, le régulateur bancaire européen, l'EBA, a lui aussi pointé le manque de préparation des institutions financières à la sortie du Royaume-Uni de l'UE prévue dans 9 mois, et leur a demandé désormais d'envisager un Brexit sans accord. Pour l'EBA, la préparation des banques reste "inadéquate" à moins d'un an du départ du Royaume-Uni. "Les institutions financières doivent accélérer leurs préparatifs pour un départ potentiel du Royaume-Uni en mars 2019 sans la mise en place d'un accord de retrait ratifié", ajouté le régulateur bancaire.

Airbus et BMW s'interrogent sur leur présence au Royaume-Uni

Deux ans après le référendum sur le Brexit, les négociations complexes ne permettent en effet pas encore de savoir si cette séparation s'accompagnera ou non d'un accord commercial favorable aux entreprises, qui commencent à s'interroger sur leurs investissements et sur leur présence industrielle au Royaume-Uni, à l'instar d'Airbus ces derniers jours.

Le groupe allemand BMW a aussi indiqué qu'il devra fermer ses usines britanniques (Mini, Rolls-Royce) si le Brexit entraîne de graves perturbations dans la logistique d'approvisionnement.

Malgré les difficultés, Chistine Lagarde voit la zone euro aller de l'avant

"Je vous parle à un moment où l'UE et la zone euro sont au milieu de décisions difficiles concernant leur avenir", a commenté Christine Lagarde, citée par le journal 'Irish Times'. "Les mouvements populistes - du Brexit aux récentes élections italiennes - ont remis en question la valeur de l'intégration européenne", a-t-elle poursuivi.

"Ce fut un voyage compliqué, mais à chaque étape, nous avons tiré de précieuses leçons..., a-t-elle rappelé en rappelant l'histoire de l'UE. A 20 ans, la zone euro est plus mature et prête à aller de l'avant", a néanmoins estimé la patronne du FMI...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com