»
»
»
Consultation

Brexit : nouveau revers cuisant pour Theresa May !

Brexit : nouveau revers cuisant pour Theresa May !

Jeremy Corbyn a annoncé l'échec des négociations menées depuis un mois et demi par le 'Labour' avec le gouvernement britannique pour tenter de sortir de l'impasse...

Brexit : nouveau revers cuisant pour Theresa May !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — C'est un nouvel échec cuisant pour Theresa May ! Le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a annoncé ce vendredi l'échec des négociations menées depuis un mois et demi par le 'Labour' avec le gouvernement britannique pour tenter de sortir de l'impasse sur le Brexit... "Les discussions sur le Brexit sont allées aussi loin qu'il était possible", a expliqué Jeremy Corbyn dans une lettre adressée à Theresa May.

Un porte-parole de Theresa May a admis cet échec, mais a voulu aussi souligner de "réels progrès" sur certaines questions, tout en admettant de profondes divergences sur des dossiers comme les relations douanières ou encore un possible second référendum. Il a ajouté que le gouvernement étudiait les nouvelles mesures à prendre pour tenter de convaincre les députés conservateurs dissidents et les unionistes nord-irlandais du DUP de soutenir l'accord...

"Seul le parti conservateur peut mener à bien le Brexit", a assuré de son côté Theresa May.

Les négociations Labour-Tories avaient débuté dans la foulée de l'annonce du report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne du 29 mars au 31 octobre au plus tard...

Question de timing

Jeremy Corbyn a expliqué cet échec par la décision annoncée jeudi par Theresa May de fixer début juin le calendrier de l'élection d'un nouveau chef du Parti conservateur, et donc de son départ du pouvoir, dans la foulée d'un quatrième vote du Parlement sur l'Accord de Brexit.

Selon Jeremy Corbyn, "Theresa May n'est plus en mesure de parvenir à une solution de compromis". Le chef du Labour a précisé qu'il s'opposerait une nouvelle fois à l'accord de Brexit lorsque celui-ci sera soumis au vote de la Chambre des communes, ce que le gouvernement prévoit pour le moment de faire dans la semaine du 3 juin...

Nouveau référendum ?

Face à l'échec des discussions entre Tories et Labour, le Royaume-Uni devrait se résigner à la tenue d'un nouveau référendum, a estimé pour sa part le travailliste Hilary Benn, président de la commission du Brexit au Parlement... "Si les discussions ne mènent nulle part, alors de mon point de vue il n'y a qu'une conclusion possible", a-t-il déclaré... "Il n'y a que deux moyens de sortir de la crise du Brexit : soit le Parlement vote un accord, soit nous retournons devant le peuple britannique pour lui demander de trancher !"

Toujours contre !

Ces derniers mois, la Chambre des communes a rejeté par trois fois l'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Theresa May avec Bruxelles. Les députés conservateurs eurosceptiques ont fait savoir pour leur part qu'ils voteraient contre une quatrième fois, malgré les efforts de Theresa May pour les amadouer en promettant son départ...

Rappelons qu'un report "flexible" du Brexit, jusqu'au 31 octobre, a été conclu... Le pays pourra quitter l'UE avant cette nouvelle date si Theresa May parvient à faire valider l'accord de retrait par les députés britanniques. "Durant cette période, le Royaume-Uni aura aussi la possibilité (...) d'annuler la procédure du Brexit" avait précisé Bruxelles...

"Meilleur compromis possible"

Emmanuel Macron avait qualifié de son côté la décision de l'UE de "meilleur compromis possible" et défendu sa position de fermeté dans le débat... "J'assume ce rôle de clarté, je l'assume avec beaucoup d'amitié à l'égard des Britanniques (...) mais je pense que c'est aussi le rôle de la France dans ces moments-là d'essayer de tenir ces principes"...

"Décider d'une extension plus longue aurait été mauvais pour les Britanniques et pour les Européens, qui auraient décidé d'affaiblir leurs propres institutions", avait poursuivi Macron, avant d'ajouter : "J'assume ce rôle mais je pense que c'est pour le bien collectif".

Pour sa part, Angela Merkel a incité ses partenaires à faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter un divorce sans accord (no deal) avec le Royaume-Uni. "Nous voulons une sortie ordonnée du Royaume-Uni" et, dans cette optique, il faut lui laisser du temps, a insisté la chancelière allemande...

Rendez-vous les 20 et 21 juin

Un point sur la situation sera réalisé lors du sommet européen prévu les 20 et 21 juin. Il est possible que le Royaume-Uni soit sorti de l'UE d'ici-là, si Theresa May parvient enfin à obtenir une majorité à la Chambre des communes pour voter l'accord de retrait...

La date du Brexit avait déjà été repoussée du 29 mars au 12 avril et avec elle, le risque d'un "no deal"...

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, avait à plusieurs reprises mis en garde contre une sortie non négociée du Royaume-Uni de l'UE, estimant qu'elle entraînerait une "grande perturbation" sur les marchés financiers en dépit des précautions prises en amont...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com