Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Brexit : les négociations interrompues en raison d'un cas de Covid...

Brexit : les négociations interrompues en raison d'un cas de Covid...

Alors que le temps presse pour conclure un accord régissant les relations entre l'UE et Londres après le 31 décembre prochain, les négociations ont dû être suspendues jeudi à cause d'un cas de Covid dans l'équipe de négociateurs européens.

Brexit : les négociations interrompues en raison d'un cas de Covid...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Nouveau contretemps dans les négociations sur le Brexit... Alors que les négociateurs jouent cette semaine leurs derniers atouts pour éviter un "no deal" le 31 décembre prochain, les discussions ont dû être interrompues jeudi en raison d'un cas de Covid avéré au sein de l'équipe de négociateurs européens...

Le négociateur en chef de l'Union européenne, Michel Barnier, a ainsi annoncé via Twitter l'interruption des discussions sur un accord post-Brexit en cours depuis lundi 16 novembre à Bruxelles. "Un des négociateurs de mon équipe a été testé positif au Covid-19. Avec David Frost, nous avons décidé de suspendre les négociations à notre niveau pour une courte période. Les équipes poursuivront leurs travaux dans le plein respect des règles", écrit M. Barnier...

La livre sterling fléchit, les discussions techniques continuent

La livre sterling s'est affaiblie de 0,13% à 1,3256$ jeudi soir après ces informations, et cédait aussi 0,24% face à l'euro, à 0,8953 £/E.

La semaine dernière, la pression s'était déjà accrue sur ces négociations, lorsque le Premier ministre britannique, Boris Johnson, avait été placé en quarantaine, en raison d'un contact avec un député conservateur testé positif au Covid-19...

Le négociateur britannique David Frost campe sur ses positions

Malgré l'arrêt des négociations physiques entre Michel Barnier et son homologue britannique David Frost, les discussions sur les aspects techniques continuent, par visioconférence, tout comme les pourparlers au niveau des chefs d'Etat et de la présidente de la Commission européenne avec Boris Johnson, qui travaille depuis son isolement au 10, Downing Street.

Le temps presse pour conclure un accord dans les prochains jours, afin qu'il puisse être ratifié à temps par les Parlements britannique et européen, avant le 31 décembre 2020. Faute de quoi, au 1er janvier, le Royaume-Uni quittera l'Union européen sans accord commercial, un "hard Brexit" aux conséquences graves pour les échanges commerciaux déjà plombés par la crise du coronavirus...

A la veille de ce dernier round de négociations, David Frost s'était montré combatif, affirmant que le Royaume-Uni n'avait absolument pas l'intention de modifier sa position sur plusieurs points, comme le contrôle de ses lois, de son commerce et de ses eaux territoriales...

Un accord de continuité en vue entre Londres et le Canada

Par ailleurs, la presse canadienne évoquait jeudi soir la signature probable, dans les prochains jours, d'un accord de continuité entre le Canada et le Royaume-Uni, accord qui remplacerait l'entente de libre-échange existant actuellement entre les deux pays à travers l'Union européenne.

Ce nouvel accord permettra de garantir les avantages dont jouissent les entreprises en termes d'exportations dans les deux nations, a indiqué une source gouvernementale familière avec le sujet à Radio Canada International (RCI). "Nous avons bon espoir de parvenir à un accord dans les jours à venir", a indiqué cette source.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !