Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Brexit : Les britanniques s'inquiètent d'une possible dislocation du Royaume-Uni

Brexit : Les britanniques s'inquiètent d'une possible dislocation du Royaume-Uni

De plus en plus de Britanniques le pensent, alors que le pays est englué dans la procédure du Brexit.

Brexit : Les britanniques s'inquiètent d'une possible dislocation du Royaume-Uni
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Un Britannique sur deux pense que le Royaume-Uni pourrait cesser d'exister sous sa forme actuelle dans les dix années à venir... ! C'est le résultat d'un sondage Ipsos MORI, alors que le pays est englué depuis de trop longs mois dans le processus de sortie de l'Union européenne qui n'en finit pas...

En 2014, en pleine campagne sur le référendum d'indépendance de l'Ecosse, ils n'étaient que 43% de cet avis... A l'inverse, ils ne sont plus que 29% à penser que les structures actuelles du Royaume-Uni, héritées du traité d'Union de 1707, seront encore en place dans dix ans. Ils étaient 45% à partager cette opinion en 2014.

Le Brexit relance les velléités indépendantistes

"L'opinion publique britannique est désormais bien plus divisée sur les perspectives de l'Union qu'elle ne l'était en 2014, lorsque l'avenir de l'Union était soumis à un débat intense à trois mois à peine du référendum sur l'indépendance de l'Ecosse", note Emily Gray, directrice générale d'Ipsos MORI Scotland.

A l'époque, les Ecossais avaient rejeté l'indépendance par 55% des voix contre 45%. Mais le Brexit a relancé les velléités des indépendantistes écossais tout en renforçant le camp nationaliste en Irlande du Nord, qui prône une réunification de l'île d'Irlande...

Rejet massif

En Ecosse comme en Irlande du Nord, la sortie de l'Union européenne a été très majoritairement rejetée - par respectivement 62% et 56% des électeurs - lors du référendum du 23 juin 2016 tandis que dans l'ensemble du Royaume-Uni, le camp du Brexit l'emportait avec 52% des voix.

Pour la première fois en près de dix ans, la Grande-Bretagne tiendra des élections législatives le 12 décembre prochain alors que le Premier ministre britannique Boris Johnson a reçu le feu vert de la Chambre des Communes pour organiser des élections anticipées.

Quelque 438 parlementaires britanniques ont voté en faveur de la tenue du scrutin, point de passage obligé pour tenter de sortir de l'impasse du Brexit pour lequel l'Union européenne a accordé un troisième délai jusqu'à la fin janvier 2020...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com