»
»
»
Consultation

Brexit : enfin une lumière au bout du tunnel ?

Brexit : enfin une lumière au bout du tunnel ?

Au lendemain d'une nouvelle visite de Theresa May à Bruxelles, un compromis pourrait enfin être en train de se dessiner. L'UE pourrait accepter des évolutions sur la question de la frontière irlandaise, le principal sujet de discorde...

Brexit : enfin une lumière au bout du tunnel ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Le bras de fer entre Bruxelles et Londres au sujet l'accord sur le Brexit va-t-il enfin trouver une solution négociée, alors que la date-butoir du 29 mars approche à grand pas...?

Une percée "dans les prochains jours" ?

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, a affirmé jeudi que les discussions sur le Brexit entre Londres et l'UE ont enregistré des "progrès", qui pourraient déboucher sur une percée "dans les prochains jours". Il a aussi parlé d'une "avancée importante" dans les discussions au sujet de la clause de sauvegarde sur la frontière irlandaise ("backstop") sans donner de précisions.

Au lendemain d'une nouvelle visite de Theresa May à Bruxelles, "nous faisons des progrès dans les discussions afin d'obtenir la garantie (...) du caractère temporaire du backstop", ou des "arrangements alternatifs", susceptibles de rallier une majorité au Parlement, a déclaré Philip Hammond sur la 'BBC'.

Le "backstop", bête noire des pro-Brexit

Le "backstop" est une clause de sauvegarde temporaire, inclue dans l'accord signé en novembre entre Londres et l'UE, dont l'objectif est de maintenir ouverte la frontière entre l'Irlande du Nord (province britannique) et la République d'Irlande (Etat de l'union européenne) tant qu'un accord commercial global n'aura pas été conclu entre le Royaume-Uni et l'UE.

Après le Brexit, prévu pour le 29 mars prochain, s'ouvrira en effet la "Phase 2", à savoir une période de transition courant jusqu'au 31 décembre 2020, pendant laquelle l'UE et Londres négocieront un accord commercial précis sur leurs relations futures. Ce n'est que si aucun accord n'a été conclu à cette date, que le "backstop" interviendrait pour continuer à maintenir ouverte la frontière entre les deux Irlandes.

Mais les tenants du Brexit rejettent cette clause, car elle aboutit selon eux à deux situations inacceptables : dans la première, l'union douanière restant en place, le Brexit est donc renié ; dans la seconde, des contrôles douaniers devront être réalisés entre l'Irlande du Nord et l'Angleterre, ce qui revient à une partition de fait du Royaume-Uni...

La crainte d'un "Brexit dur" est dans tous les esprits

Depuis le rejet massif de l'accord de divorce par les députés britanniques en janvier, la Première ministre Theresa May tente d'obtenir des "changements contraignants" au "backstop".

Si le parlement britannique n'approuve pas l'accord conclu avec Bruxelles avant le 29 mars, le Royaume-Uni risque un "Brexit dur", sans accord. Le retour immédiat de barrières douanières aurait alors des conséquences néfastes sur l'économie britannique mais aussi sur celle de ses partenaires européens.

Après sa rencontre, mercredi, avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, Theresa May avait relevé des "progrès" dans ses discussions avec l'UE, qualifiées de "constructives".

Les deux dirigeants ont promis de rechercher "quelles garanties" pourraient être apportées pour assurer que le "backstop" ne serait que temporaire et quels "autres arrangements" pourraient le remplacer à l'avenir, selon un communiqué commun...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com