»
»
»
Consultation

Bras de fer commercial : suspense à son comble avant la rencontre Trump-Xi à Buenos Aires

Bras de fer commercial : suspense à son comble avant la rencontre Trump-Xi à Buenos Aires

Le président américain Donald Trump rencontrera son homologue chinois Xi Jinping samedi soir, à l'occasion du sommet du G20. A ce stade, il est très difficile de mesurer les chances des deux dirigeants de parvenir à un accord commercial...

Bras de fer commercial : suspense à son comble avant la rencontre Trump-Xi à Buenos Aires
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — En vue du sommet du G20 qui se déroulera de vendredi et samedi en Argentine, les négociations se poursuivent entre les Etats-Unis et la Chine en vue de trouver un compromis pour rééquilibrer leurs relations commerciales... Celles-ci penchent actuellement en faveur de Pékin, au grand dam de Donald Trump. Très peu d'information a filtré sur le contenu des pourparlers, et du côté américain, le président et son entourage ont distillé des signes parfois contradictoires ces dernières semaines.

Ainsi, les autorités américaines ont plusieurs fois fait savoir que la Chine souhaitait parvenir à un accord, tout en réitérant leurs menaces d'imposer de nouvelles barrières douanières sur les produits importés de Chine si Pékin ne faisait pas davantage de concessions...

Le "faucon" Peter Navarro assistera à la rencontre Trump-Xi

Jeudi, la Maison Blanche a refroidi les esprits en indiquant que le conseiller au Commerce, Peter Navarro, connu pour sa position très dure envers Pékin, assisterait à la réunion cruciale prévue samedi soir entre Donald Trump et Xi Jinping, à l'occasion du sommet du G20 de Buenos Aires.

Cette nouvelle a été perçue comme un présage négatif pour l'issue des négociations. A Wall Street, les indices boursiers restaient prudents, jeudi soir, face à ces inquiétudes commerciales, qui ont contribué ces dernières semaines à la correction des Bourses mondiales.

Dernièrement, Donald Trump a plusieurs fois répété que la Chine souhaitait parvenir à un accord, tout en prévenant que Washington ne signera qu'à condition que Pékin accepte une vaste ouverture de son marché et s'engage concrètement à respecter la propriété intellectuelle des Etats-Unis.

Trump se félicite des milliards de dollars qui entrent dans les coffres américains

Jeudi, en quittant les Etats-Unis pour le sommet du G20, le président américain a indiqué à la presse que "je crois que nous sommes proches de faire quelque chose avec la Chine". Mais il a immédiatement ajouté que "je ne sais pas si je veux le faire, car en ce moment, nous avons des milliards et des milliards de dollars qui entrent aux Etats-Unis sous forme de droits de douane et de taxes".

Sur Twitter, M. Trump a précisé que "si les compagnies ne veulent pas payer les droits de douane, elles n'ont qu'à produire aux Etats-Unis. Sinon, rendons notre pays plus riche que jamais!", grâce aux taxes.

La totalité des produits chinois menacés de taxes américaines

“Je ne sais vraiment pas, mais le vous dirais que je pense que la Chine veut obtenir un accord", a poursuivi Donald Trump. "Je suis ouvert à un accord mais franchement, j'aime bien le "deal" que nous avons actuellement", a-t-il conclu. La plupart des économistes estiment au contraire que la montée de barrières douanières de part et d'autre entraînera un renchérissement des prix et un ralentissement de l'économie mondiale.

Les Etats-Unis ont déjà imposé ces derniers mois des barrières douanières sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises importées. Donald Trump a confirmé ces derniers jours qu'il comptait relever de 10% à 25% ces taxes sur 200 Mds$ de biens chinois, à partir de janvier 2019. Il a en outre prévenu qu'à défaut d'accord avec la Chine, il viserait ensuite la totalité des biens chinois importés, en taxant les quelque 267 Mds$ de biens chinois encore exemptés de barrières douanières.

Le secteur automobile dans le collimateur de Donald Trump

Mercredi, l'administration Trump a mis la pression sur le secteur automobile chinois. Le représentant au commerce, Robert Lighthizer, a indiqué que Washington réfléchissait à relever à 40% les taxes sur les voitures importées de Chine, en représailles pour les taxes du même ordre imposées par Pékin depuis plusieurs mois aux véhicules américains. A noter que les échanges d'automobiles entre les deux pays sont assez réduits par rapport à d'autres secteurs (agriculture, technologies, biens de consommation...)

Donald Trump a par ailleurs menacé de taxer à 25% toutes les importations de voitures, à l'exception de celles du Canada et du Mexique, ce qui inquiète fortement l'industrie automobile allemande... Dans une note de préparation du G20, la FMI a estimé que cette taxe automobile, si elle se confirmait, pourrait coûter à elle seule 0,75 point de croissance à l'économie mondiale.

Washington veut obtenir de nouvelles propositions de Pékin

Du côté des conseillers de Donald Trump, on indiquait ces derniers jours que jusqu'à présent, la Chine n'a pas présenté de concessions susceptibles de satisfaire les exigences de Washington. Selon des sources citées par l'agence 'Bloomberg', les réponses chinoises faites début novembre ne faisaient que reprendre des engagements déjà pris par le passé par Xi Jinping.

Le principal conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a notamment indiqué cette semaine à la presse que pour parvenir à un compromis, le président attend de Xi Jinping qu'il fasse de nouvelles propositions lors de leur rencontre prévue samedi à Buenos Aires à l'occasion d'un dîner...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com