"Bouclier" anti-inflation : Leclerc va compenser en bons d'achat les hausses de prix sur 120 produits

"Bouclier" anti-inflation : Leclerc va compenser en bons d'achat les hausses de prix sur 120 produits

"Cette inflation de 4,8% c'est déjà une ponction entre 150 et 500 euros par ménage selon ce qu'il achète", affirme Michel-Edouard Leclerc...

'Bouclier' anti-inflation : Leclerc va compenser en bons d'achat les hausses de prix sur 120 produits
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Nouvelle opération de Leclerc pour lutter contre l'inflation... Après le carburant à prix coûtant fin 2021 et la baguette de pain à 0,29 euro, les enseignes E. Leclerc vont mettre en place, à partir du mercredi 4 mai, un "bouclier" anti-inflation qui s'appliquera à 120 produits de première nécessité jusqu'à fin juillet. Il prendra la forme d'une "compensation systématique en bons d'achat des hausses de prix", indique E. Leclerc dans un communiqué.

"Avec mes collègues des centres Leclerc, on propose de repérer les 120 articles les plus achetés par les consommateurs et de faire une sorte de bouclier où on garantit que [les prix de] ces articles ne bougent pas", a annoncé Michel-Edouard Leclerc sur 'franceinfo' mardi.

"Si on devait les augmenter on rembourserait en tickets Leclerc sous forme de cagnottage. Le bouclier Leclerc c'est donc une liste de 120 produits, évolutive, je n'ai pas dedans tout ce qui est spéculatif", a-t-il ajouté.

L'inflation grimpe à 4,8 % en avril

Après une hausse de 4,5% en mars sur un an, les prix à la consommation en France ont augmenté de 4,8% sur un an au mois d'avril avril, selon les chiffres provisoires de l'Insee, soit son plus haut niveau depuis novembre 1985. Il s'agit du neuvième mois de hausse consécutif.

"Cette inflation de 4,8% c'est déjà une ponction entre 150 et 500 euros par ménage selon ce qu'il achète. Il y a des produits qui augmentent entre 6% et 20%, les pâtes ont augmenté de 20%, certaines marques de café et de chocolat sont en train d'augmenter à ce niveau", a détaillé le président des centres E.Leclerc.

"C'est un impôt qui interpelle tout le monde. Les consommateurs se retournent vers l'Etat pour essayer d'avoir un chèque alimentaire, des aides, nous en tant que distributeur c'est notre métier que d'essayer de modérer cette inflation", a-t-il encore assuré.

"Cela va doubler d'ici l'été ou durant l'été"

Par ailleurs, Michel-Edouard Leclerc estime que l'inflation qui a lieu actuellement sur les produits de première nécessité n'est pas liée à la guerre en Ukraine. Elle risque néanmoins de grimper en raison du conflit, selon lui.

"On a 4,8% avant l'Ukraine et cela va doubler d'ici l'été ou durant l'été parce qu'il y a le problème des céréales avec l'Ukraine, le problème des transports avec l'Ukraine et beaucoup de spéculation et d'anticipation contre lesquelles il va falloir lutter parce qu'il y a aussi un effet d'aubaine pour les grands groupes de se servir de l'Ukraine", a-t-il souligné.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !