Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Bonus-malus : échec des négociations entre syndicats et patronat

Bonus-malus : échec des négociations entre syndicats et patronat

Les discussions ont bloqué une nouvelle fois sur le système de bonus-malus visant à éviter les contrats de travail de courte durée. Le patronat juge l'idée "mortifère".

Bonus-malus : échec des négociations entre syndicats et patronat
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'Etat va devoir reprendre la main... Les partenaires sociaux n'ont pas réussi mercredi à se mettre d'accord sur la réforme de l'assurance chômage, bloquant toujours sur le système de bonus-malus visant à éviter les contrats de travail de courte durée, voulu par Emmanuel Macron dès sa campagne présidentielle.

La ministre du Travail avait prévenu un peu avant cette ultime séance de négociations que si les syndicats et le patronat ne parvenaient pas à s'entendre sur ce mécanisme permettant de décourager les contrats précaires, l'Etat prendrait les mesures par décret... "La loi prévoit que si les partenaires sociaux ne définissent pas les règles, c'est l'Etat qui les définit", a-t-elle dit sur BFMTV.

"Nous faisons le constat aujourd'hui que nous ne pouvons trouver de points de convergence", a dit le négociateur du Medef Hubert Mongon, à l'issue de la rencontre. Malgré nos propositions, toutes les organisations syndicales "ont fait part de leur volonté de mettre fin à ces discussions", a-t-il ajouté. "Nous avons pris acte de la suspension de cette négociation".

Mais le patronat s'oppose totalement au système... Le "bonus-malus" permettrait de moduler les cotisations patronales en fonction du recours aux contrats de courte durée, un principe que les entreprises jugent "mortifère" pour l'emploi. Les organisations syndicales avaient fait de ce dispositif une condition sine qua non pour poursuivre les négociations sur l'assurance chômage.

Des secteurs très gourmands en contrats courts

Pour le patronat, c'est au niveau des branches professionnelles que des solutions doivent être trouvées pour modérer le recours aux contrats courts.

Problème : seules deux branches ont conclu jusqu'ici des accords paritaires, à savoir la propreté et la métallurgie. Un troisième accord est en négociation dans les travaux publics, mais les discussions n'ont pas démarré dans des secteurs très gourmands en contrats courts, notamment l'hôtellerie-restauration...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com