»
»
»
Consultation

BNP Paribas : Hollande a écrit à Obama

BNP Paribas : Hollande a écrit à Obama

Le président américain est attendu en France pour les cérémonies de commémoration du débarquement du 6 juin 1944

BNP Paribas : Hollande a écrit à Obama
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — François Hollande a écrit une lettre à Barack Obama pour protester contre l'amende de 10 milliards de dollars dont est menacée la banque BNP Paribas. Selon laradio 'RTL', qui révèle l'information ce matin, le président de la République a notamment estimé dans sa missive que cette amende était "injuste et disproportionnée", tout en reconnaissant que le groupe bancaire français devra payer en cas de faute.
 
Cette démarche officielle de François Hollande intervient alors que le président américain est attendu en France pour les cérémonies de commémoration du débarquement du 6 juin 1944. Le dossier BNP Paribas sera ainsi évoqué le jeudi 5 juin lors d'un dîner prévu entre Barack Obama et François Hollande dans un restaurant parisien, précise 'RTL'.

Sanction financière

BNP Paribas est accusée par la justice outre-Atlantique d'avoir violé l'embargo sur les transactions financière avec le Soudan, l'Iran et Cuba. Mais tout autant que l'amende record, les analystes financiers s'inquiètent d'un autre volet de l'affaire, qui menace la stratégie mondiale de BNP Paribas. La banque pourrait ainsi se voir interdire temporairement de compenser des transactions en dollars aux Etats-Unis, ce qui aurait de graves conséquences commerciales pour ses activités et pourrait même déstabiliser le marché mondial de la compensation, dont BNP est un acteur majeur. Une sanction financière majeure ferait chuter les fonds propres de BNP Paribas, et risquerait d'entraîner une réduction du montant des crédits accordés par la banque, au moment où la croissance française reste anémique.

"La France prête à agir"

Depuis quelques jours, les responsables politiques français ont donc pris conscience des dangers potentiels de ce dossier... Dans un entretien publié ce matin par 'Les Echos', le ministre des Finances Michel Sapin a prévenu que la France est prête à “réagir fermement pour protéger ses intérêts fondamentaux”. Le ministre assure qu'il ne souhaite pas défendre “une banque qui a reconnu des actes répréhensibles”, mais agir “pour protéger la stabilité du système financier en France, pour s'assurer de sa capacité à financer correctement l'économie”.

De son côté, Laurent Fabius a estimé hier que le montant de l'amende évoquée pour BNP Paribas n'était “pas raisonnable”. “S'il y a eu une faute, il est normal qu'il y ait une sanction, mais la sanction doit être proportionnée et raisonnable. Ces chiffres-là ne sont pas raisonnables”, a déclaré le ministre des Affaires étrangères sur 'France 2'. Outre l'exécutif, les plus hautes autorités bancaires françaises sont aussi montées au créneau ces derniers jours. Selon le 'New York Times', Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, et Edouard Fernandez-Bollo, le secrétaire général de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, se sont rendus à New York fin mai pour plaider la cause de BNP Paribas et faire valoir le risque systémique pour le secteur bancaire en cas de sanctions commerciales contre la banque française.

©2014-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com