»
»
»
Consultation

Bientôt du boeuf français dans les assiettes chinoises ?

Bientôt du boeuf français dans les assiettes chinoises ?

La viande de boeuf française devrait bientôt obtenir le feu vert pour être vendue en Chine. Des inspecteurs chinois ont visité ces derniers jours sept usines françaises de transformation de viande.

Bientôt du boeuf français dans les assiettes chinoises ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les producteurs français de viande de boeuf se préparent avec impatience à exporter vers la Chine pour la première fois depuis 2001. Dernière étape de ce long processus : une délégation de responsables chinois a inspecté la semaine dernière sept usines françaises de transformation de viande bovine.

La Chine a déjà donné son accord de principe aux importations de boeuf français (interdites depuis la crise de la vache folle), mais elle doit encore certifier les usines de transformation, avant que la viande puisse être expédiée vers l'ancien Empire du Milieu...

Les premiers conteneurs à destination de Pékin en août prochain ?

Marc Feunteun, président de l'association professionnelle France Viande Export, a déclaré à l'agence 'Reuters' qu'il espérait voir les premiers conteneurs à destination de la Chine quitter la France en août prochain, même si officiellement, aucun date n'a été fixée pour le résultat des inspections des usines françaises.

M. Feunteun, qui était présent à une foire commerciale mercredi à Shanghai a ajouté que la récente visite d'Emmanuel Macron en Chine avait permis d'accélérer le dossier du boeuf français. A cette occasion, Pékin avait assuré à la délégation française que l'embargo chinois sur la viande bovine française devrait être totalement levé dans les six prochains mois. Un déblocage est aussi attendu pour le porc et le lait pour nourrissons.

Demande chinoise de viande de boeuf en nette hausse

La Chine est le deuxième plus gros importateur de viande de boeuf au monde. Le pays a importé près de 700.000 tonnes de viande bovine en 2017 pour une valeur de près de 3 milliards d'euros, ce qui représente une hausse en volume de 20% par rapport à l'année précédente, selon les douanes chinoises.

Face à cette hausse de la consommation chinoise, en France, la demande de viande bovine est en baisse en raison d'un changement des habitudes de consommation. La filière bovine française voit donc d'un bon oeil l'ouverture de nouveaux débouchés pour ses produits...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com