Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Barack Obama a présenté son projet de surtaxe à destination des banques

Barack Obama a présenté son projet de surtaxe à destination des banques

La taxe de responsabilité de crise financière ("Financial Crisis Responsibility Fee") doit permettre aux États-Unis de récupérer la totalité des fonds du TARP débloqués lors du sauvetage du système financier américain en 2008... soit 700 Mds$.

Barack Obama a présenté son projet de surtaxe à destination des banques
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Barack Obama a présenté la nuit dernière la création d'une taxe pour les plus grandes banques, dans le but de récupérer environ 117 Mds$ perdus lors du plan de sauvetage du secteur financier. L'objectif du président américain n'est pas de punir les établissements bancaires pour le passé, mais de les empêcher d'adopter de nouveaux comportements jugés dangereux. Selon lui, les bonus versés par les banques sont "obscènes" alors que la crise n'est pas terminée... Obama se demande ainsi au nom de quelle "logique tordue il serait plus approprié pour le peuple américain de supporter les coûts du sauvetage, plutôt que le secteur qui en a bénéficié, alors même que ses responsables se versent de gigantesques bonus".

Le président américain a invité les grandes banques à réduire les primes versées à leurs traders afin de pouvoir honorer cette "taxe de responsabilité financière". Le texte prévoit l'instauration d'une taxe 0,15%, sur les bilans des grands établissements disposant d'actifs dont le montant total dépasse 50 Mds$. Le dispositif devrait concerner environ 35 sociétés américaines et 10 à 15 filiales de groupes étrangers. Une taxation sur 10 ans dans le but de rembourser les contribuables et de compenser ainsi l'aide "extraordinaire" qui a été accordée au système financier pour éviter l'effondrement de l'économie en 2008 : "Mon engagement est de récupérer chaque centime dû aux contribuables américains" a-t-il déclaré dans un communiqué diffusé par la Maison blanche. "Ma détermination à y parvenir a été renforcée par les publications faisant état de bénéfices colossaux et de bonus indécents au sein de sociétés qui doivent leur survie au peuple américain". L'objectif est de recueillir 90 Milliards de dollars sur 10 ans. 10 groupes financiers vont ainsi verser 60% de ces taxes.

La taxe de responsabilité de crise financière ("Financial Crisis Responsibility Fee") doit, à l'arrivée, permettre aux États-Unis de récupérer la totalité des fonds du TARP de 700 Mds$... Rappelons que les grandes banques ont pour la plupart remboursé les capitaux empruntés avec intérêts, mais la partie restante des fonds pourrait ne jamais être totalement restituée sans procéder de la sorte... La législation du TARP donne au président américain jusqu'à 2013 pour faire part d'un plan de remboursement. Barack Obama a donc préféré prendre les devants, alors que l'indignation populaire va grandissante contre les banquiers, prompts à remettre en place leurs plans de bonus à peine sortis d'une crise sans précédent...

Si les banques, assureurs, holdings et broker-dealers seront mis à contribution, les fonds mutuels et "hedge funds" seraient dispensés, tout comme les inénarrables "stars" du refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac. Enfin, General Motors et Chrysler ne seraient pas non plus concernés, après avoir pourtant reçu des aides massives sans précédent...

©2010-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !