Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Automobile : en avant pour l'électrique mais à quel prix ?

Automobile : en avant pour l'électrique mais à quel prix ?

Concurrence oblige, les constructeurs automobiles sont pour l'instant restés très discrets sur le prix de leurs futures voitures électriques...

Automobile : en avant pour l'électrique mais à quel prix ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La grande inconnue entourant le marché de masse des voitures électriques demeure le prix à payer pour changer de mode de propulsion... Concurrence oblige, les constructeurs sont pour l'instant restés très discrets sur le prix de leurs futures voitures électriques si bien qu'on peut s'interroger d'un autre côté sur l'addition que les futurs clients seront prêts à honorer pour passer à l'électrique sachant que le coût d'utilisation et d'entretien du véhicule reste un paramètre entrant dans l'équation.

La société de conseil Bain & Company s'est justement penchée sur la question avec une étude conduite auprès de 4.000 clients dans le monde selon laquelle la demande en véhicules électriques atteindrait jusqu'à 1,5 million d'unités si les véhicules étaient vendus au prix d'une petite voiture à combustion. La prime à payer en raison d'un coût élevé de la batterie ramène cette demande à 350.000 unités, d'après l'étude.

En France, le marché est estimé à 100.000 unités (soit même pas 4% du nombre de véhicules légers immatriculés en 2009, NDLR), si les véhicules sont vendus au prix d'une petite voiture classique soit environ 10.000 euros" souligne Francois Montaville, partner au sein du pôle automobile de Bain & Company et co-auteur de l'étude. Toutefois, à un prix de 20.000 euros qui paraît plus réaliste pour les premières voitures électriques, le marché serait estimé à seulement 35.000 unités, soit à peine plus de 1% des ventes 2009.

Bain & Company a établi plusieurs catégories de clients aux affinités diverses. Les clients "Premium 2.0" sont les plus susceptibles d'acheter une voiture électrique. Bénéficiant d'un pouvoir d'achat élevé, ce sont des conducteurs de voitures de luxe. Se voulant leaders en innovation verte, ils cherchent une réponse au besoin de mobilité urbaine respectueuse de l'environnement et différente des autres conducteurs. Pour cet "éco prestige", ils sont prêts à consacrer un somme importante. "Ces clients premium veulent un véhicule électrique innovant pour conduire en ville, un véhicule silencieux comme un murmure, zéro émission, nerveux et cool" explique Dr. Gregor Matthies, partner - expert automobile chez Bain & Company et co-auteur de l'étude. Ces clients " sont peu sensibles au prix et ils représenteraient un potentiel de 300.000 à 350.000 unités dans le monde. La demande française serait quant à elle comprise entre 25.000 et 30.000 unités. Cela constitue une part importante de la demande totale en France alors que le segment "Premium 2.0" ne représente que 2% de la population.

Si les véhicules électriques urbains atteignent un prix de 10.000 euros, les "clients attentifs à leur budget" représenteraient alors le plus large segment de clientèle avec une demande mondiale de 670.000 unités, dont 45.000 pour la France. Cela constitue 45% de la demande française alors que les "clients attentifs à leur budget" représentent 62% de la population. Au prix plus élevé de 20.000 euros, la demande française serait limitée à 4.000 véhicules seulement. Ces clients ne sont en effet pas motivés par des considérations environnementales ou par un besoin de différenciation. Ils sont prêts à considérer l'achat d'un véhicule électrique dans la mesure où le coût total d'usage est inférieur à celui d'un véhicule à combustion.

Bain & Company a ensuite étudié les "innovateurs verts" qui sont prêts à investir dans la protection de l'environnement et sont très motivés par tout ce qui concerne l'écologie. Comme les clients "Premium 2.0", ils recherchent la nouveauté et ont un besoin de se différencier au travers d'innovations, mais leur revenu est environ 60% inférieur à celui des "Premium 2.0". La demande actuelle de ce segment pour un prix de 10.000 euros est estimée à 240.000 unités dans le monde, dont 9.000 en France. Cela constitue 9% de la demande française alors que les "innovateurs verts" représentent 6% de la population. Au prix plus élevé de 20.000 euros la demande française serait limitée à 3.000 voitures seulement.

Enfin, les "retardataires" sont quant à eux très conservateurs, ne recherchent pas l'innovation technique et par conséquent adopteront tardivement la voiture électrique. Leur demande actuelle pour un prix de 10.000 euros est estimée à 265 000 unités dans le monde, dont 18.000 en France. Ceci constitue seulement 18% de la demande française alors que les "retardataires" représentent 30% de la population. Au prix plus élevé de 20.000 euros, la demande française ne serait que de 3.000 véhicules.

Il est rappelé qu'en France, l'environnement est favorable au développement de la voiture électrique grâce aux incitations du gouvernement. Une subvention de 5.000 Euros (super bonus) est en effet en vigueur pour chaque véhicule électrique acheté.

©2010-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !