Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Aspirine et paracétamol : vers la fin de l'accès direct en pharmacie ?

Aspirine et paracétamol : vers la fin de l'accès direct en pharmacie ?

Actuellement en accès libre dans les rayons, ils pourraient repasser derrière le comptoir des pharmaciens, comme le demande l'Agence du médicament (ANSM).

Aspirine et paracétamol : vers la fin de l'accès direct en pharmacie ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'agence du médicament (ANSM) explique vouloir "renforcer le rôle de conseil du pharmacien"... Elle souhaite que les médicaments contenant du paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens ne soient plus présentés en libre-service dans les officines à partir de janvier 2020.

Il faudrait donc demander au pharmacien sa boîte d'ibuprofène ou d'aspirine, qui sont les molécules plus utilisées par les Français en automédication. "Ces médicaments sont sûrs et efficaces lorsqu'ils sont correctement utilisés, mais présentent des risques lors d'une utilisation inadéquate", écrit l'ANSM.

Problèmes en cas de surconsommation

Le paracétamol peut en effet entraîner des lésions graves du foie dans certains cas de surdosage. Sa surconsommation est même la première cause de greffe hépatique d'origine médicamenteuse en France.

De leur côté, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens peuvent provoquer des complications rénales, des complications infectieuses graves et sont toxiques pour le foetus en cas d'exposition à partir du début du 6ème mois de grossesse.

Pas de changement en revanche dans la délivrance de ces molécules, qui pourraient toujours être vendus sans ordonnance si la mesure était appliquée. Les associations de patients et les pharmaciens seraient tous favorables à cette mesure...

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com