Accueil
»
Actualités
»
Economie
»
Consultation

Après Twitter et Facebook, Youtube sévit à son tour contre les complotistes de QAnon

Après Twitter et Facebook, Youtube sévit à son tour contre les complotistes de QAnon

La plateforme vidéo a annoncé durcir ses règles contre la propagation de théories du complot à des fins violentes, en visant la mouvance conspirationniste pro-Trump, qui gagne du terrain à l'approche de l'élection présidentielle américaine...

Après Twitter et Facebook, Youtube sévit à son tour contre les complotistes de QAnon
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La chasse aux conspirationnistes de QAnon se poursuit... Après Twitter et Facebook, Youtube a annoncé jeudi le durcissement de ses règles contre la propagation de théories du complot à des fins violentes, en visant notamment la mouvance conspirationniste pro-Trump, qui gagne du terrain à l'approche de l'élection présidentielle américaine le 3 novembre prochain.

"Aujourd'hui, nous franchissons une nouvelle étape dans nos efforts pour lutter contre la haine et le harcèlement en supprimant davantage de contenu de théorie du complot utilisé pour justifier la violence dans le monde réel", a ainsi expliqué la plateforme vidéo de Google dans un communiqué.

Des dizaines de milliers de vidéos liées à QAnon ont ainsi été retirées de la plateforme, qui compte quelque 2 milliards d'utilisateurs mensuels. Des centaines de chaînes ayant notamment "menacé de recourir à la violence" ou "nié l'existence d'événements violents majeurs", comme l'Holocauste, ont également été interdites.

Donald Trump dit ne "rien connaître de QAnon"

Le mouvement QAnon est apparu dans le sillage de la théorie dite du “pizzagate” durant la campagne pour l'élection présidentielle de 2016, une théorie selon laquelle de hauts responsables du Parti démocrate américain dirigeaient un réseau pédophile depuis la cave d'une pizzeria de Washington.

La mouvance affirme que Donald Trump s'attelle en secret à faire tomber de nombreux responsables de ce complot. Le FBI considère ce mouvement comme un risque potentiel de violence sur le sol américain, certains de ses partisans ayant commis des meurtres et des enlèvements.

Sur la chaîne américaine NBC News jeudi, le président américain s'est exprimé à ce sujet. "Je ne connais rien de QAnon", a affirmé Donald Trump, avant d'assurer qu'il était d'accord avec leurs positions "contre la pédophilie".

7.000 comptes Twitter liés à la mouvance supprimés

Souvent accusé de ne pas en faire assez, Twitter avait déjà sévi contre les complotistes pro-Trump de la mouvance QAnon. Fin juillet, la plateforme de microblogging a supprimé plus de 7.000 comptes liés à la mouvance. Le réseau social s'est notamment engagé à "ne plus diffuser le contenu et les comptes associés à QAnon dans les tendances et les recommandations", à ne plus "mettre en évidence cette activité dans les recherches et les conversations" et à "empêcher le partage des URL associées à QAnon".

Fin août, Facebook a supprimé de son côté près de 800 groupes liés à la mouvance QAnon, après la publication de messages glorifiant la violence, suggérant l'intention d'utiliser des armes ou cherchant à attirer de nouveaux membres en faisant la promotion de comportements violents.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !